Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Jobs", le film, une bonne synthèse pour le grand public

, , ,

Publié le

La première biographie cinématographique de Steve Jobs n’est pas un chef d’œuvre. Mais le film propose un bon portrait à ceux qui ne l’ont connu que la période glorieuse de l’Apple du XXIe siècle.

Jobs, le film, une bonne synthèse pour le grand public

Le premier "biopic" sur Steve Jobs est sorti sur les écrans français mercredi 21 août, moins de deux ans après son décès. Le plus frappant, et sans doute le plus réussi, est sans conteste le Steve Jobs d’Ashton Kutcher. L’acteur livre une interprétation très ressemblante du fondateur d’Apple. Si l’on excepte la démarche exagérément simiesque...

Sur le reste, ceux qui connaissent déjà l’histoire regretteront sans doute quelques passages un peu trop rapides : sur le choix du nom d’Apple, par exemple, qui fait l’impasse sur Alan Turing ; ou sur "l’entre deux" périodes Apple de Jobs, avec l’aventure NeXT, etc. La fin en laissera aussi sans doute plus d’uns sur leur faim. Mais la richesse de l’histoire du fondateur d’Apple n’aurait sans doute pas tenu dans les deux heures. On se serait aussi passé des quelques passages vraiment trop larmoyants, comme l’évocation de son abandon à la naissance par un jeune Jobs totalement stone allongé dans les champs et la larme à l’œil...

Wozniak prépare un autre biopic

Les applemaniacs, geeks et autres utilisateurs de longue date de l’informatique trouveront leur bonheur à redécouvrir le Lisa, ancêtre du Mac, ou le premier Mac. Un peu d’émotion aussi à voir la première carte mère du futur Apple 1. Si, si ! On peut également porter au crédit de ce film qui ne restera sans doute pas dans les annales du cinéma, un portrait plutôt juste du colérique, hystérique, mais génial fondateur d’Apple… Et une peinture que l’on suppose assez juste de la fusion entre la vie personnelle du personnage et l’histoire de son entreprise.

Il semble de bon ton de critiquer ce "Jobs" cinématographique. Beaucoup connaissent déjà l’aventure de cet incontournable de la high tech mondiale et il est facile de trouver des failles dans le récit autant que dans sa retranscription cinématographique. L’autre Steve, Wozniak alias "the Woz", a d’ailleurs été de la partie, critiquant en particulier une vision un trop idyllique des capacités de leaders de son ancien associé. Mais, l’homme qui n’était pas forcément resté en très bon termes avec son ancien ami, prépare sa propre version de l’histoire, avec l’aide d’Aaron Sorkin, un des auteurs de The Social Network, biopic de Mark Zuckerberg. Mais c’est au grand public que s’adresse le film. Et il a le mérite de raconter à ceux qui ne les connaissent pas, les débuts de celui qui allait devenir le patron d’une des firmes les plus innovantes du début du XXIe siècle.

Emmanuelle Delsol

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle