JO 2012 : Serge Ferrari met un toit sur les infrastructures

, ,

Publié le

Dans notre série sur les Jeux Olympiques de Londres 2012, focus sur Serge Ferrari. cet industriel français est est leader sur le segment "textiles techniques". Il fournit les toitures en textile du stade olympique.

JO 2012 : Serge Ferrari met un toit sur les infrastructures © DR

Sommaire du dossier

Pour construire les toitures en textile du stade olympique, du vélodrome, de l'arène de water-polo et du centre de tirs, le groupe Serge Ferrari a dû batailler ferme. À la fois auprès de l'ODA et d'un donneur d'ordres confectionneur, l'allemand Seele Cover.

Son principal argument ? Sa connaissance de ce genre de projets et surtout sa maîtrise du recyclage de bâches. "Il nous fallait construire l'infrastructure la plus écologique possible", souligne Françoise Fournier, la responsable du marché architecture chez le fabricant rhônalpin.

Début 2009, la PME de 600 salariés remporte le contrat. Elle débute rapidement la fabrication des matériaux composites souples dans son usine de La Tour-du-Pin (Isère), et commence à livrer le confectionneur en juillet 2009.

Au total, Serge Ferrari a décroché sept gros chantiers sur les jeux Olympiques londoniens, soit 400 000 mètres carrés de bâches, dont 250 000 m2 pour les infrastructures événementielles. "C'est un marché non négligeable sur les 30 millions de m2 que nous réalisons chaque année", estime Françoise Fournier. Des commandes qui auraient rapporté "plus de 1 million d'euros", précise-t-elle sans plus de détails.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte