JO 2012 : Oméga, la clé du temps

L’horloger suisse chronomètre les Jeux depuis 1932. Pour sa 25ème intervention, Oméga va déployer 400 tonnes d’équipements.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

JO 2012 : Oméga, la clé du temps

100 ans d’expérience dans le chronométrage d’événements sportifs internationaux et toute la précision des nouvelles technologies développées par Omega sont bien nécessaires pour mesurer les légendes. A l’instar de la performance du Jamaïcain Usain Bolt, dimanche 5 août, et ses 9 secondes 63 sur 100 mètres. Tout comme celle de Michael Phelps, ambassadeur de la marque, qui a remporté sa 22e et dernière médaille olympique en s’offrant l’or du 4 x 100 4 nages, avant de faire ses adieux à la natation.

Et entre le CIO et la marque du groupe Swatch, c’est une histoire d’amour qui dure. En 1932, à Los Angeles, Omega intervient pour la première fois. 30 chronographes sont alors utilisés pour l’ensemble des épreuves. 80 ans plus tard, à Londres, berceau du chronométrage moderne, le Suisse déploie 450 spécialistes secondés par près de 400 tonnes d’équipement et de nombreux bénévoles recrutés par le LOCOG et formés sur place par la marque.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans ses bagages, Omega a également apporté depuis Bienne (Suisse) des outils toujours plus performants et plus précis. Par exemple pour le 1500 mètres nage libre, l’une des disciplines olympiques posant les plus gros problèmes, Omega a développé un système nommé Open Water Gate. Il pointe les temps intermédiaires. Ainsi à Londres, les spectateurs disposent de davantage d’informations en attendant l’arrivée des nageurs.

Pour ce qui est de l’athlétisme, Omega a imaginé de nouveaux starting-blocks. Ces prototypes permettent de détecter le temps de réaction de chaque coureur sans nécessiter le moindre changement de paramétrage. Ces temps sont déterminés uniquement par la mesure de la force exercée contre le patin et non par le mouvement. Par ailleurs, les patins ont été élargis, passant de 120 à 160 mm pour permettre de moduler la position de départ. De quoi assurer un départ véloce aux compétiteurs du 400 mètres ce lundi 6 août !

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS