Transports

JO 2012 : Bénéteau fait voguer ses bateaux à Londres

, , ,

Publié le

Le 12 juin dernier, l’industriel français a livré une flotte de 23 bateaux au LOCOG (le comité organisateur des Jeux Olympiques et Paralympiques).

JO 2012 : Bénéteau fait voguer ses bateaux à Londres © tompagenet - Flickr - c.c.

Sommaire du dossier

Le fabricant de bateaux est présent en Angleterre depuis une trentaine d’années via un important réseau de concessionnaires. Implanté notamment à Weymouth, au sud du pays, d’où partent les épreuves de voile dès ce dimanche 29 juillet, c’est tout naturellement que le groupe a décidé de participer à l’appel d’offres lancé par le Comité organisateur. L’atout du français ? Sa présence sur le territoire anglais d’une part, mais surtout la forme de partenariat qu’il proposait. "Les contraintes budgétaires sont colossales pour le Comité, nous étions conscients que le fait de prêter nos bateaux jouerait en notre faveur", admet Jean-François Lair, directeur commercial Export de Bénéteau, en charge du dossier des Jeux Olympiques.

Et le prêt est substantiel. Les 23 bateaux représentent un total de 5,4 millions d’euros. De l’Antarès 880 au Swift Trawler (le plus gros hors-bord de la gamme de Bénéteau), ils seront utilisés pour accueillir à leur bord les juges, les journalistes, les organisateurs et les personnalités, y compris les membres de la famille royale, pendant le déroulement des Jeux.

Pour 21 de ces embarcations, elles ont été transportées par la route, puis préparées sur place par le concessionnaire. Les 2 Swift Trawler ont été acheminés par la mer, avant le samedi 14 juillet. Un processus bien huilé, car aucun imprévu ne doit venir gripper le déroulement des épreuves. Bénéteau a donc pris le soin d'acheminer tout un lot de pièces détachées à Weymouth. Par ailleurs, un mécanicien reste sur place jusqu’à la fin des Jeux pour parer à toute éventuelle avarie.

Une première expérience pour le français qui espère réitérer ce partenariat. "Nous envisageons de proposer le même partenariat pour le JO de Rio. Je viens d’ailleurs de me rendre au Brésil", insiste Jean-François Lair. Ce qui pourrait jouer en la faveur de l’industriel pour cette édition 2016 ? Il vient d’ouvrir une usine à Angra Dos Reis, à l’ouest de l’Etat de Rio de Janeiro.

Série spéciale Jeux olympiques 2012
Tout comme il n'y aurait pas de JO sans athlètes, il ne pourrait y avoir de jeux olympiques sans l'implication et le savoir-faire des industriels, petits et grands. C'est pour cette raison que L'Usine Nouvelle s'intéresse de près, pendant toute la durée des Jeux de Londres, aux coulisses de l'olympisme. A ceux qui ont permis et qui permettent encore que les JO restent avant tout LE grand rendez-vous international du sport. Tous les jours, jusqu'au 12 août, découvrez les Jeux olympiques de Londres sous le prisme de l'industrie et de l'innovation.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte