Jeunes talents, les champions cachés de l’industrie française vous tendent les bras !

Publié le

Tribune Les ETI industrielles françaises offrent des perspectives professionnelles remarquables aux jeunes diplômés et doivent être envisagées dans le cadre de la recherche d’un premier emploi. David Machenaud, directeur associé d’OPEO, cabinet spécialisé dans l’accompagnement vers l’excellence opérationnelle, nous explique pourquoi.

Les jeunes diplômés rêvent souvent de rejoindre les rangs d’un géant du CAC40, d’un GAFA, ou d’un grand cabinet de conseil international ; d’autres se projettent en start-uppeurs ultra-innovants ; une poignée d’entre eux n’aspirent qu’à évoluer au sein de l’économie sociale et solidaire pour se sentir pleinement accomplis. "Expérience qu’il faut" sur un CV, entrepreneuriat, utilité sociale : ces 3 dimensions semblent souvent impossibles à combiner pour nos jeunes talents. Pourtant, il existe une galaxie d’entreprises qui peuvent répondre simultanément à toutes ces aspirations : les ETI industrielles françaises.

Entre valorisation et innovation

5 000 entreprises françaises de tailles intermédiaires composent une bonne part du tissu économique français, dont un tiers d’ETI industrielles. Babymoov, Lectra, MGI Coutier, Senoble : peuplé de champions cachés parfois leader sur leurs marchés, l’univers des ETI françaises promet simultanément la valorisation à long terme d’une expérience de premier plan et l’innovation en boucles courtes. Il comblera également les plus civiques de nos jeunes talents.

D’abord, parce que rien ne saurait atteindre ni même approcher le pouvoir d’apprentissage du terrain et que cette expérience est décisive dans une carrière. Rejoindre une ETI, c’est la garantie de côtoyer une grande diversité de personnes, de vivre intensément l’adaptation à une culture d’entreprise, d’appréhender dans son ensemble une organisation complexe en combinant les expériences terrains et les interactions avec les différentes fonctions et niveaux hiérarchiques de l’entreprise.

Ensuite, parce que sauf à "naître global" comme c’est le cas de rares start-ups, personne n’est en début de carrière, en prise directe avec les enjeux de la compétition mondialisée et en corollaire avec l’impératif d’excellence opérationnelle. C’est tout l’intérêt des postes à pourvoir en ETI ! En effet, les ETI sont nos entreprises les plus agiles : à la fois suffisamment grandes pour exporter et conquérir de nouveaux marchés et en même temps suffisamment petites pour innover. Rejoindre une ETI, c’est intégrer directement l’arène de la compétition mondialisée.

Emploi, salaire et promotion

En outre, dans un contexte de bataille pour la compétitivité retrouvée de nos industries, rejoindre une ETI est un acte civique : elles constituent le meilleur levier pour redresser l’industrie française, par le dynamisme dont elles font preuve malgré la reconnaissance encore trop insuffisante dont elles bénéficient derrière les quelques groupes "locomotives" qui tirent la croissance française.

Passons enfin rapidement sur les autres aspects : le volume d’offres d’emplois ? Il est conséquent : dans la crise, les ETI sont celles qui ont le mieux résisté ; elles ont mêmes continuer à recruter ! Le niveau de salaire ? Il est tout à fait attractif : selon l’ONISEP, des secteurs industriels entiers, à l’instar de la pharmacie, de la chimie ou de l’agroalimentaire n’hésitent plus à jouer sur les salaires d’entrée pour séduire les jeunes diplômés. Certains postes en tension, comme celui de manager de production ou de responsable de maintenance, ont  vu les salaires sensiblement progresser  ces dernières années. Les qualités cultivées au fil de la carrière ? Elles sont essentielles : l’approche audacieuse de nombre d’ETI en croissance, combinée à l’esprit entrepreneurial associé se révèlent très formateurs dans un monde où, révolution numérique oblige, il faudra régulièrement se montrer capable de remise en cause. Les perspectives de promotion interne ? Elles sont séduisantes. La génération du baby boom arrive à la retraite : de très nombreuses ETI vont chercher repreneurs durant la prochaine décennie. Cette lame de fond va redéfinir les organigrammes et créer autant d’opportunités de progression de carrière pour les plus talentueux.

Finalement, le seul écueil pour rencontrer l’ETI qui correspond à ses aspirations est lié à leur diversité : trouver celle qui permettra de lancer efficacement sa carrière. Choisir et être choisi par une ETI demande une part d’investissement pour la découvrir et la rencontrer dans le paysage des ETI françaises, et une part de clairvoyance pour déterminer celle qui répondra à ses aspirations en terme de valeurs, de vie d’équipe et de rôle à endosser durant ces premières années qui peuvent lancer de manière déterminante une carrière.

Jeunes talents, ne renoncez à rien : les champions cachés de l’industrie française vous attendent !

 

David Machenaud est le directeur associé d’OPEO, cabinet spécialisé dans l’accompagnement vers l’excellence opérationnelle

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte