Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Jessica Alba sur le point de vendre sa start-up à Unilever pour 1 milliard de dollars

Astrid Gouzik ,

Publié le , mis à jour le 21/09/2016 À 10H53

L'actrice américaine Jessica Alba serait sur le point de vendre sa start-up The Honest Company à Unilever, pour la coquette somme d'un milliard de dollars. Comment est-elle passée des couvertures de magazines féminins (et masculins) à celle de Forbes ? Portrait d'une industrielle hors du commun. 

Jessica Alba sur le point de vendre sa start-up à Unilever pour 1 milliard de dollars
Jessica Alba aux côtés de son associé Christopher Gavigan pour fêter le premier anniversaire de The Honest Company.
© The Honest Company

De Flipper le dauphin à Honest la licorne : Jessica Alba, star hollywoodienne à la plastique de rêve, est rompue aux rumeurs en tous genres. Mais celle qui circule dans la presse depuis plusieurs jours est singulière pour l'actrice, plus habituée aux indiscrétions sur sa vie privée et aux photos volées de ses vacances. Cette fois-ci, ce n'est pas d'un quelconque journal à scandales que proviennent ces bruits de couloir mais du très sérieux Wall Street Journal. La jeune businesswoman serait sur le point de céder sa start-up The Honest Company au gargantuesque Unilever pour plus d'1 milliard de dollars.  Il faut dire que Jessica Alba a su faire taire les sceptiques en transformant sa petite entreprise en véritable licorne (un terme utilisé pour désigner les entreprises qui atteignent une valeur de 1 milliard de dollars en moins de cinq ans).

La jeune femme débute sa carrière d'actrice à la fin des années 90 avec la série "Les nouvelles aventures de Flipper le dauphin" puis "Dark Angel" pour laquelle James Cameron la choisit parmi 1200 candidates.  Celle qui sera élue "femme la plus sexy du monde" en 2007 par le magazine FHM enchaîne ensuite les rôles au cinéma avec plus ou moins de succès (Sin City, Les 4 Fantastiques, Machete). "Les gens doutaient de moi en tant qu'actrice… c'est ce qui m'a fait avancer", déclarait-elle à Vanity Fair, au mois de janvier. Et Hollywood n'a pas été la seule industrie à la sous-estimer…

10 millions de dollars de ventes en 2012... 150 millions en 2015

En 2008, enceinte de son premier enfant, Jessica Alba est prise de panique en regardant la composition de la lessive avec laquelle elle s'apprête à laver la layette de sa fille. Marquée par des maladies à répétition étant enfant, elle redoute que son bébé ne déclenche des réactions allergiques. Le concept de "The Honest Company" est né : des produits biologiques pour les enfants et la maison.  Elle s'adjoint les forces de Christopher Gavigan, auteur du best-seller "Healthy child healthy world" et fondateur de l'association éponyme. Après de multiples tentatives, elle finit pas convaincre deux investisseurs Brian Lee et Sean Kane. En 2012, The Honest Company est enfin une réalité qui s'avère rapidement lucrative.

La société enregistre 10 millions de dollars de ventes la première année. Trois ans plus tard, elles atteignent 150 millions de dollars. La start-up a abondamment développé son offre et a également lancé une ligne de produits de beauté en 2015. Au même moment, la marque se lance en Corée et prévoit déjà de s'attaquer à d'autres marchés.

La stratégie de l'abonnement

Si les couches Honest ont su convaincre les jeunes parents américains grâce à leur promesse du "100% naturel" et à leurs dessins adorables… c'est bien la stratégie redoutable de l'entreprise qui a attisé l'appétit d'Unilever. Honest fidélise ses clients en leur vendant un abonnement mensuel. Des "packs" dans lesquels ils glissent ce dont ils ont besoin pour le mois (couches, lingettes, lotion) qu'ils reçoivent chez eux. Pour le désabonnement ? Pas de mail, ni de courrier, mais un seul et unique numéro de téléphone. Au bout du fil, une commerciale à la technique aguerrie censée les dissuader de résilier leur abonnement. Votre enfant n'a plus besoin de couches ? Qu'à cela ne tienne, vous reprendrez bien du shampooing et quelques produits pour la maison non ?

"Les incubateurs de nos futures innovations sont tout autant susceptibles d'être à l'extérieur qu'à l'intérieur de notre entreprise", déclarait récemment à Bloomberg le directeur général d'Unilever, Paul Polman. La preuve : la multinationale vient de s'offrir la start-up Dollar Shave Club, le leader de la vente de rasoirs en ligne, pour un milliard de dollars. "Lorsque vous êtes une grosse entreprise comme nous, explique-t-il, vous avez du mal à établir [un modèle d'abonnement] parce que la culture et la connaissance ne sont tout simplement pas là", commentait alors Paul Polman. Une connaissance que le géant anglo-néerlandais pourrait aller chercher auprès de Jessica Alba…  La preuve que l'on peut avoir joué dans des séries pour adolescents et donner des leçons aux plus gros industriels, faire à la fois la couverture de Shape… et de Forbes !


 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus