Jean-Pierre Raffarin face à la grogne des salariés. L'OPA sur le Lyonnais entre dans sa dernière phase. Les entreprises françaises dans la tourmente. Les SSII risquent de délocaliser...

Partager

Jean-Pierre Raffarin face à la grogne des salariés. Le ralentissement économique, lié au conflit en Irak et l'augmentation des demandeurs d'emplois place le gouvernement dans une situation délicate, remarque Les Echos. Le premier ministre interviendra jeudi, à la télévision, pour expliquer sa politique et ses projets de réformes, tandis que la plupart des syndicats appellent à la grève ce même jour, pour défendre les retraites.

L'OPA sur le Lyonnais entre dans sa dernière phase. Jean Laurent, le directeur général du Crédit Agricole, explique dans Les Echos la statégie et les motivations de la banque verte, pour prendre le contrôle du Crédit Lyonnais. Malgré l'obligation, imposée par le CECEI, de céder un certain nombre d'agences, et les incertitudes liées à la participation détenue par la BNP, la création du géant européen de la banque de détail semble sur le bonne voie.

Les entreprises françaises dans la tourmente. Après les appels au boycott des produits français vendus aux Etats-Unis, celles-ci tentent de réagir, note La Tribune. Même si elles n'ont que peu de prise face à la campagne de dénigrement, organisée par la presse outre-atlantique, les sociétés françaises implantées sur le territoire américain peuvent faire valoir qu'elles emploient des centaines de milliers de salariés locaux.

Les SSII risquent de délocaliser. Dans un entretien à la Tribune, Paul Hermelin, le directeur général de Cap Gemini Ernst & Young, exprime ses craintes sur les phénomènes de délocalisation qui pourraient frapper les sociétés de service informatique. Celles-ci sont encore peu concentrées en France et doivent faire face à la montée en puissance des pays émergents tels que l'Inde.

Le capital-risque en recul. Les jeunes entreprises innovantes ont de plus en plus de difficultés à trouver des financements, rapporte La Tribune. Les investisseurs semblent tétanisés par le risque et réduisent leurs crédits, notamment dans les fonds d'amorçage pourtant indispensables pour les "jeunes pousses". Les pouvoirs publics vont devoir présenter des mesures pour pallier ce désengagement.

France Télécom dans le collimateur de la Direction de la concurrence. La DGCCRF enquête sur les pratiques de l'opérateur public, indique Les Echos. Ce sont notamment les procédures de reconquète des clients perdus qui sont visées. Le leader français a ainsi récupéré plus de un million de clients, partis chez Tele2 et 9 Telecom et est soupçonné d'utiliser des fichiers confidentiels.

Didier RAGU

A dermain

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS