Jean-Philippe Blanpain, ingénieur-philosophe chez L'Oréal

Après le départ en retraite de Marcel Lafforgue, Jean-Paul Agon, arrivé à la tête du groupe de cosmétiques il y a un an, confie la politique industrielle à l'un de ses jeunes managers.

Partager

Jean-Philippe Blanpain, ingénieur-philosophe chez L'Oréal

«Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas. » Cette citation d'André Malraux arrive au beau milieu d'une conversation avec le nouveau directeur général technique de L'Oréal. Et elle ne choque pas. «Aujourd'hui, je fais du management avant tout. Je travaille avec des hommes et des femmes. Nous stimulons la motivation des équipes, leur capacité à innover, j'ai une forte appétence pour l'humain. Ce goût correspond à la culture de L'Oréal. Le développement des qualités humaines sera un élément important et différenciant pour les entreprises demain.»

Jean-Philippe Blanpain, 44 ans, voulait étudier la philosophie. Son père a décrété qu'il serait «ingénieur en philosophie ». Une vocation contrariée ? Pas du tout. Bien au contraire. Titulaire d'une maîtrise en philosophie et d'un MBA de l'université catholique de Louvain (Belgique), ingénieur chimiste et docteur en biologie moléculaire, cet homme de nationalité belge pratique quotidiennement l'exercice dans lequel son pays, partagé en deux cultures, excelle : le consensus! Il a eu l'occasion de le prouver à toutes les étapes de son parcours chez L'Oréal. En Belgique, d'abord, puis dans l'usine française d'Aulnay-sous-Bois, où le climat social était délicat. «Il faut toujours discuter. Ne pas se braquer au premier refus. Avec un peu d'imagination on finit toujours par trouver une solution.»

En Italie, ensuite. Dès sa prise de fonction, il passe trois heures dans l'usine de Turin. «Le contact a été magique, je ne parlais pas italien, mais avec quelques mots en commun nous avons échangé. Les Italiens ont une expression que j'apprécie beaucoup: ?On va trouver quelque chose?.» Il devient ensuite directeur technique des usines en Europe et réorganise la production. Puis il part aux Etats-Unis pour devenir directeur de production.

Avant chaque étape, il discute de son nouveau poste avec Marcel Lafforgue, qui part à la retraite et lui cède son bureau. Ses défis à venir sont ceux de l'entreprise. D'abord l'innovation qui, précise-t-il «ne doit pas être l'apanage du marketing mais venir de l'ensemble de l'entreprise. Cela fait partie de la culture managériale que souhaite développer Jean-Paul Agon.» Deuxième défi : la simplicité. Chacun doit comprendre le fonctionnement de l'entreprise très vite. Et enfin, le respect de l'homme et de l'environnement. Le nouveau responsable de l'organisation industrielle du groupe saura doser ses efforts. Il consacre une bonne partie de ses loisirs au marathon et devrait courir pour la deuxième fois celui de New York en novembre prochain.

Isabelle Germain

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS