Jean-Marc Ayrault ouvre la porte de la Chine au saucisson français

Le Premier ministre veut rééquilibrer les échanges entre la France et la Chine. Mis à part la "bonne surprise" de l’accord Renault-Dongfeng, il n’a pour l’instant engrangé qu’un engagement des Chinois à importer de la charcuterie française.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Jean-Marc Ayrault ouvre la porte de la Chine au saucisson français

François hollande en avril dernier n’avait passé que deux jours en Chine. Jean-Marc Ayrault pour son premier voyage chez le géant asiatique a choisi de prendre son temps. Le Premier ministre doit rester cinq jours dans le pays, à Pékin puis Wuhan et Canton. Histoire de brosser dans le sens du poil ses hôtes.

Alors que la France affiche 27 milliards d’euros de déficit, le Premier ministre aspire à un "rééquilibrage par le haut" des échanges commerciaux. Le voyage de Jean-Marc Ayrault, qui est accompagné de cinq ministres dont Arnaud Montebourg et de quelques industriels, a plutôt bien commencé. En descendant de l’avion, le Premier ministre a appris que les autorités chinoises avaient accordé leur feu vert à la co-entreprise entre Renault et le constructeur chinois Dongfeng. Le projet de près d'un milliard d’euros était déjà depuis un an et demi en négociation. Il ouvre toute grande les portes du gigantesque marché chinois à la marque au losange. "Une bonne nouvelle", se réjouit Jean-Marc Ayrault, en visitant au pas de charge la Cité interdite, deuxième étape de son périple pékinois après un discours devant les entreprises du comité France-Chine. "Le marché immense chinois va ouvrir des perspectives à un groupe qui jusque-là n’était pas présent", vante encore le Premier ministre. "C’est un cadeau de bienvenu du gouvernement chinois", estime Arnaud Montebourg, qui ferme la marche de la délégation.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La charcuterie française autorisée… après des inspections sanitaires

Au-delà de Renault, l’autre accord est plus modeste. Guillaume Garot, le ministre de l’Agroalimentaire a signé un protocole d’accord avec les autorités chinoises pour lever les barrières à l’importation de charcuterie fabriquée en France. Les saucissons et jambonneaux français ne débarqueront pas immédiatement sur le marché. Des inspections devraient être menées par la Chine d’ici début 2014 dans cinq puis une dizaine de PME. En cas d’avis positif, elles devraient obtenir leurs agréments pour l’exportation dans les prochains mois. Jusqu’à présent, seuls quelques produits européens, comme le jambon de parme italien, étaient autorisés à l’importation par les autorités sanitaires chinoises. "La filière porcine est en difficulté. Il nous faut impérativement la relancer en trouvant de nouveaux marchés", justifie Guillaume Garot, qui vise les 300 millions de Chinois appartenant aux classes moyennes.

Pour rééquilibrer les échanges, le gouvernement mise beaucoup sur l’agroalimentaire. Au pas de charge, Jean-Marc Ayrault a d’ailleurs achevé sa journée dans un magasin Carrefour de la capitale chinoise. "Si on m’avait dit que je ferais mes courses ce soir", ironise Arnaud Montebourg. Au milieu d’une grosse bousculade, sous le regard médusé de ménagères chinoises qui immortalisent la scène en photo sur leurs smartphones, le Premier ministre vante la "traçabilité" et la qualité, au milieu d’un stand de bouteilles de lait Lactel estampillée "produced in France" et un rayonnage de confitures et de pâtes importés de France de la marque du distributeur. A partir du nouvel an chinois, Carrefour et Auchan se sont aussi engagés à référencer 20 PME françaises supplémentaires de la biscuiterie et de la confiserie dans leurs rayons. Un petit coup de pouce.

Les industriels français des spiritueux misent sur l’entregent de Jean-Marc Ayrault

Mais faire du business en Chine n’est pas de tout repos. Avant d’arriver au rayon lait, Jean-Marc Ayrault a fait un détour par le rayon vin. Depuis le lancement des enquêtes anti-dumping contre les panneaux solaires chinois, Pékin a répliqué en accusant à son tour les vins français de dumping. "On a besoin que vous nous aidiez", s’écrit le représentant local des importateurs de vins et spiritueux.

Le sujet pourrait être entre autres évoqué lors de la rencontre de Jean-Marc Ayrault demain, vendredi 6 décembre, avec le Président et le Premier ministre. Samedi à Wuhan, au centre de la Chine, ce sera au tour du Premier ministre de vanter les mérites de l’offre française en matière de "ville durable", un des autres secteurs dans lesquels la France veut renforcer sa coopération avec la Chine. Il rejoindra ensuite Taishan, où EDF construit deux EPR en partenariat avec le chinois CGNPC. La France espère bien signer prochainement la construction de deux autres réacteurs sur le site. Mais pas cette fois. Aucun grand contrat majeur ne devrait être signé par le Premier ministre. Vendre le "made in France" n’est parfois pas si aisé.

Solène Davesne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS