Jean-Marc Ayrault donne un nouvel avenir au Plateau de Saclay

En visite sur le Plateau de Saclay (Essonne), le Premier ministre a fait plusieurs annonces dont celles de la création d’un Etablissement public d’aménagement marquant une nouvelle étape du projet.

Partager
Jean-Marc Ayrault donne un nouvel avenir au Plateau de Saclay

En visite, jeudi 10 octobre, sur le Plateau de Saclay (Essonne) pour y poser la première pierre du futur centre de R&D d’EDF, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé la création d’un Etablissement public d’aménagement (EPA). Ce futur EPA se substituera à l’actuel Etablissement Public Paris Saclay (EPPS) "dès que le texte de loi sur l’affirmation des métropoles sera adopté par le Parlement", a indiqué le chef du gouvernement.

"Cette structure (l’EPPS) où l’Etat était le seul pilote doit se transformer en un établissement d’aménagement dont le statut affirme clairement ce qui se joue ici : l’alliance d’une formidable ambition scientifique, technologique, économique et d’une grande opération d’aménagement du territoire donnant aux élus territoriaux la place qui doit normalement leur revenir aux côtés de l’Etat", a déclaré Jean-Marc Ayrault. Le futur EPA devrait être opérationnel en juin 2014 et son périmètre s’étendra sur 27 communes au lieu des 49 de l’actuel EPPS.

Engagement de l'Etat

Cette décision constitue une victoire politique pour les élus de gauche du Plateau qui déploraient de ne pas être aux commandes de l’EPPS alors que les collectivités territoriales en assurent une partie du financement. "J’ai une double satisfaction. D’abord celle de cette visite du Premier ministre qui réaffirme l’engagement de l’Etat dans ce projet et, ensuite, la création de l’EPA qui marque une nouvelle étape de la coopération entre les acteurs de l’aménagement du Plateau", s’est félicité François Lamy, ministre délégué à la Ville et ancien président socialiste de la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay (CAPS).

Jean-Marc Ayrault a également annoncé le déblocage de fonds pour permettre l’installation sur le Plateau de l’Ecole Centrale, d’Agro Paris-Tech et de l’Institut Mines-Télécom. "Ces opérations ont été retardées par des incertitudes sur leurs plans de financement mais j’ai décidé que le programme d’investissement d’avenir consacré à Saclay assurerait dans son intégralité les risques liés aux cessions foncières qui conditionnent les plans de financement", a indiqué Jean-Marc Ayrault. "J’ai également décidé que ce même programme couvrirait 50 % des risques liés aux projets eux-mêmes hors cession, le risque étant garanti par les ministères de tutelle."

Un nouvel institut de recherche dédié aux énergies décarbonnées

Enfin, le Premier ministre a fait part de sa décision de lancer un nouvel Institut de recherche partenariale dans le domaine des énergies décarbonnées. Baptisé Paris Saclay Efficacité Energétique, ce centre de recherche sera financé à hauteur de 19 millions d’euros dans le cadre des investissements d’avenir et rassemblera des acteurs académiques et des industriels dont Total, Air Liquide, EDF, etc. "Cet institut sera consacré à l’efficacité et la flexibilité énergétiques des installations industrielles et fera le lien entre écologie industrielle et écologique", a précisé M. Ayrault.

Implanté sur douze hectares dans le secteur de Polytechnique à Palaiseau (Essonne), le futur établissement d’EDF sur le Plateau de Saclay comprendra un centre de R&D d’envergure mondiale ainsi que le Campus EDF. Il sera ouvert en 2015

Patrick Désavie, en Île-de-France

2 Commentaires

Jean-Marc Ayrault donne un nouvel avenir au Plateau de Saclay

isabelle doud
10/10/2013 18h:51

Mr Ayrault, la réussite du grand campus passe par le fait que l'on puisse attirer et conserver les meilleurs chercheurs. Mais on n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Les salaires des chercheurs sont honteusement faibles en France (2000 euros net/ mois), comparés aux années d'études (bac + 8 à bac + 10) , aux horaires de travail (souvent du 50h/ semaine car en recherche on ne compte pas les heures...). Pourquoi rester à Saclay en CDD renouvelable à 2000 euros / mois (poste 84-16), alors que :

- on peut trouver un poste de maitre de conférence fonctionnaire en province , où l'immobilier est trois fois mois cher (le plateau de Saclay est hors de prix).

- on peut trouver un poste aux USA, en Angleterre, pour un salaire x 3 à x 5, avec la possibilité pour le chercheur de cumuler un pourcentage de ses contrats de recherche sur son propre salaire, chose interdite en France..

Le campus de Saclay est voué à l'échec sans une augmentation des salaires et sans prime au mérite.

Réagir à ce commentaire
antoine
10/10/2013 22h:16

en payant les chercheurs an lance pierre (2000 euros net/ mois pour des bac + 8 a bac + 10, souvent en CDD renouvelable tous les 3 a,s (contrat 84-16), ca va etre dur d'attirer les meilleurs: les checheurs ne sont pas plus stupides que les autres: pourquoi aller bosser a saclay en CDD sur un siege ejectable pour 2000 euros / mois, dans une région aux prix de l'immobilier exorbitant, alors que pour le meme salaire, ils pourraient etre CDI ou fonctionaire et en province, ... Aux USA et en angleterre, les chercheurs touchent un salaire triple au minimum sans compter les primes au mérite, et surtout les pourcentages (10%) qu'ils touchent sur chacun des contrats de recherche de plusieurs millions de dollars. On a beau aimer la France, etre patriote.. de la a vivre comme un hermite à palaiseau dans un hlm pour la gloire et l'amour de la science, tout en étant le sous fifre d'un directeur de labo aux idées archaiques, au lieu de vivre comme un pape aux USA dans sa villa avec piscine, d'avoir des conditions de travail idéales et de diriger sa propre équipe... Le choix est vite fait, Mr Ayrault!

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS