L'Usine Agro

Jean-Marc Ayrault annonce un "pacte d'avenir" pour soutenir l'économie bretonne

Sylvain Arnulf , ,

Publié le

A l'issue d'une réunion interministérielle à Matignon, le Premier ministre a annoncé le déblocage d'une aide de 15 millions d'euros pour l'industrie agroalimentaire bretonne. Un "pacte d'avenir" avec des actions durables sera également mis en place, comme en Lorraine.

Jean-Marc Ayrault annonce un pacte d'avenir pour soutenir l'économie bretonne © Luc Pérénom

Mobilisation générale pour l'économie bretonne. Jean-Marc Ayrault a annoncé une série de mesures à l'issue d'une réunion, ce 16 octobre à Matignon, à laquelle une douzaine de ministres du gouvernement participaient. La philosophie adoptée est la même qu'en Lorraine : un "pacte d'avenir" sera signé entre l'Etat, les collectivités territoriales et les acteurs de l'économie régionale. Il comprendra des mesures d'urgence et des actions plus pérennes.

le site de gad repris par la communauté de communes de Landivisiau

En attendant la signature de ce pacte, le Premier ministre a égrené une série de mesures d'urgence. "L'Etat n'abandonne personne, c'est sa responsabilité de tout mettre en oeuvre pour préserver l'emploi et créer de nouvelles perspectives" a-t-il déclaré à l'issue de la réunionUne enveloppe de 15 millions d'euros sera débloquée pour venir en aide à l'industrie agroalimentaire en crise. Un "contrat de sécurisation professionnelle renforcé" sera proposé aux salariés confrontés à des difficultés. Ils pourront conserver 97% de leur salaire net pendant un an après leur licenciement.

Concernant l'avenir de la société Gad, qui va supprimer près de 900 emplois, l'abattoir de Lampaul-Guimiliau sera repris par la communauté de communes de Landivisiau.

réflexion sur les modalités de l'écotaxe poids-lourds

Face à la levée de boucliers qui accompagne la mise en place de l'écotaxe poids-lourds, le premier ministre promet d'examiner la situation de la Bretagne "avec la plus grande attention". "La Bretagne est une région périphérique, où les distances pèsent plus lourd qu'ailleurs", a-t-il admis. "L'Etat a déjà accordé une réduction de 50% du montant de cette écotaxe et exclu du réseau taxé la route nationale 164 qui est l'axe vital de la région pour le secteur agroalimentaire", a rappelé Jean-Marc Ayrault. Il a précisé que les véhicules agricoles ou "affectés à la collecte de lait" seraient exonérés de cette taxe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte