Jean-François Pilliard, délégué général de l'UIMM : « les responsable politiques jouent avec le feu »

Le climat se tend sur les sites touchés par des fermetures et des plans sociaux. Les séquestrations de directions se sont multipliées depuis quelques semaines, renvoyant à une pratique des années 70. Les réactions molles ou inexistantes des politiques et

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Jean-François Pilliard, délégué général de l'UIMM : « les responsable politiques jouent avec le feu »
« En tant que branche, nous ne pouvons pas accepter les violences et l'atteinte à la liberté des personnes», déclare Jean-François Pillard, délégué général de l'UIMM, interrogé par la rédaction le 1er avril, au soir de la séquestration à Echirolles de 4 cadres de la direction de Caterpillar France. Cet événement était le troisième de ce type en 15 jours après les séquestrations intervenues chez Sony à Pontonx-sur-l'Adour, et 3 M à Pithiviers. Dans la plupart des cas, les revendications visent à améliorer les conditions des plans sociaux, en particulier sur le volet financier.

Mais ce qui agace particulièrement Jean-François Pillard, c'est la réaction des responsables politiques et celle du premier d'entre eux, Nicolas Sarkozy. Sur Europe 1, le président a affirmé vouloir « sauver le site de Caterpillar », s'engageant à recevoir l'intersyndicale qui l'appelait au secours. Réagissant à ces propos, le délégué général de la métallurgie ne condamne pas la légitimité du président à intervenir sur ce dossier mais s'étonne qu'il le fasse « sans même songer à condamner des actes contraire au droit le plus élémentaire et à lancer un appel de retour au calme.» Il estime que cette attitude « n'est pas de nature à pacifier les relations sociales.» Selon la branche, c'est précisément parce que ces situations de licenciements sont dramatiques pour les collaborateurs concernés, pour la collectivité et pour le chef d'entreprise qu'il faut que le cadre d'un dialogue normal soit respecté. « Je fais le distinguo entre les réactions des personnels durement touchés et celles des organisations syndicales. Et il ne faut pas que les responsables politiques jouent avec le feu» affirme Jean-François Pillard.

Dans ces différentes affaires, la direction départementale du travail voire le préfet sont appelés à la rescousse pour une sortie de crise. Mais avec la multiplication des plans, ceux-ci auront-ils les moyens de se transformer en pompier aux quatre coins de la France ? Leur faudra-t-il hiérarchiser leurs interventions en fonction de la gravité des débordements ? « Nous sommes dans un état de droit, il appartient de le faire respecter quelque soit la période » conclut le délégué général. Manière de rappeler les politiques à leur responsabilité.

Anne-Sophie Bellaiche
0 Commentaire

Jean-François Pilliard, délégué général de l'UIMM : « les responsable politiques jouent avec le feu »

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS