Jean-François Copé donne sa vision de l'économie

Le maire de Meaux livre ses projets en matière d'économie. Un programme basé sur une plus grande convergence avec l'Allemagne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Jean-François Copé donne sa vision de l'économie

Le club de réflexion de Jean-François Copé, Génération France.fr, organise mardi 5 octobre un forum sur le thème de la croissance de demain. L'occasion pour le président du groupe UMP à l'Assemblée de présenter sa "stratégie économique nouvelle" dans un entretien au Figaro.

Il souhaite redéfinir les relations entre pouvoirs publics et entreprises, notamment en créant "un grand ministère des entreprises, de l'industrie et du commerce qui doit mettre en place un véritable guichet unique."

Soutenir les PME

Pour définir son projet économique, Jean-François Copé a pris comme modèle la situation en Allemagne. "La principale force de notre partenaire Outre-Rhin est son «Mittelstand», c'est-à-dire sa myriade d'entreprises de taille moyenne".

Il souhaite pousser les entreprises à la solidarité, ce qu'il définit comme "une nouvelle forme de patriotisme économique". "Les grands groupes français doivent aider à faire grossir les petites entreprises en signant des contrats de partenariat avec elles."

Pour faciliter le financement des PME, Jean-François Copé propose de "créer des fonds publics-privés similaires au FSI y compris à l'échelle régionale" et de "faciliter l'accès aux marchés financiers pour les PME".

Réformer la TVA

Toujours en s'inspirant de la situation allemande, Jean-François Copé propose d'augmenter la TVA pour financer la protection sociale. Une TVA sociale donc, rebaptisée TVA anti-délocalisation.

"Il s'agit de ne plus faire peser tout le financement de notre protection sociale sur les travailleurs."

Sortir des 35h

Jean-François Copé est favorable à la sortie des 35 heures, "une vraie clef pour nous maintenir dans la dynamique européenne". Pour cela il compte sur des accords de branche ou d'entreprise.

Il estime que cette suppression participera aux efforts budgétaires. "Il existe un gisement de presque 20 milliards d'allégements de charges destinées en partie à compenser les 35 heures. Ouvrons le débat : Pourquoi ne pas les supprimer en échange de la possibilité de sortir des 35 heures - ou au contraire les ôter aux branches qui ne souhaitent pas en sortir?"

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS