Jean-Dominique Senard va se rendre au Japon pour restaurer l'alliance avec Nissan

Jean-Dominique Senard, nouveau président de Renault, doit se rendre prochainement au Japon pour rencontrer le directeur général de Nissan, probablement le 14 février. Après la crise de l'affaire Carlos Ghosn, les deux dirigeants ont une longue mission à accomplir : restaurer l'alliance entre les deux constructeurs automobiles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Jean-Dominique Senard va se rendre au Japon pour restaurer l'alliance avec Nissan
Jean-Dominique Senard, nouveau président de Renault, doit se rendre prochainement au Japon pour rencontrer le directeur général de Nissan, probablement le 14 février. REUTERS / Philippe Wojazer

Jean-Dominique Senard, président de Renault, va rencontrer cette semaine au Japon le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, afin de discuter des moyens de renforcer les liens entre les deux constructeurs après l'éviction de Carlos Ghosn, a annoncé mardi 12 février le groupe japonais. Selon l'agence de presse de Kyodo News, Jean-Dominique Senard effectuera une visite de deux jours au Japon à compter du 14 février.

Le nouveau président de la marque au losange, qui a pris ses fonctions en janvier à la suite de la démission de Carlos Ghosn, arrêté au Japon depuis le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières, se rendra notamment au siège de Nissan à Yokohama pour rencontrer les dirigeants de Nissan et mieux connaître son partenaire.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Apaiser les relations entre Nissan et Renault

"Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a hâte de faire découvrir à Senard les activités de Nissan et de l'alliance afin d'optimiser leur travail ensemble", déclare Nissan dans un communiqué.

Hiroto Saikawa avait dit auparavant à la presse japonaise qu'il était désireux d'apaiser les relations entre Nissan et Renault, l'alliance ayant été fragilisée par l'affaire Ghosn.

"Tout d'abord, nous devons restaurer la confiance et stabiliser la relation", a-t-il déclaré, cité par le quotidien Nikkei. "Nous voulons l'informer davantage sur l'équipe [de direction] de Nissan."

Pas de changement dans la structure capitalistique

Les spéculations sur le changement de la structure capitalistique de l'alliance Renault-Nissan sont légion depuis l'arrestation de Carlos Ghosn, qui avait commencé à étudier les moyens de rendre cette alliance "irréversible" avant son arrestation.

Mais Hiroto Saikawa a déclaré que ce n'était pas le moment de discuter de la structure idéale de l'alliance, tout en assurant vouloir travailler en étroite collaboration avec Jean-Dominique Senard, qui siégera probablement au conseil d'administration de Nissan.

Renault détient 43,4% du capital de Nissan, qui a son tour une participation de 15% dans la marque au losange mais sans droit de vote. Le gouvernement français détient une participation de 15% dans Renault.

Selon l'agence de presse Jiji, le ministre japonais de l'Industrie Hiroshige Seko a déclaré qu'il "n'y a absolument aucune vérité" dans les informations de presse selon lesquelles le gouvernement français a dit à ses homologues japonais que Renault pourrait réduire sa participation de 43,4% dans Nissan.

Bercy avait déjà opposé un "démenti catégorique" aux informations de la presse japonaise selon lesquelles Paris aurait informé Tokyo d'une telle intention.

"J'ai une longue mission", déclare Jean-Dominique Senard

"J'ai une longue mission qui m'est destinée de rétablissement de confiance, de transparence, de loyauté", a déclaré Jean-Dominique Senard à des journalistes en marge de sa dernière présentation des résultats annuels de Michelin, dont il cédera la présidence en mai.

"L'avenir de l'alliance est quelque chose de fondamental pour le groupe Renault et le groupe Nissan [...] et pour nos deux pays", a ajouté Jean-Dominique Senard. "J'y vais avec beaucoup de détermination et je dois dire que les signaux qui sont revenus du Japon depuis ma nomination ont été extrêmement encourageants."

Thierry Bolloré nouveau président de Renault Nissan BV

Le 12 février, Renault a annoncé par ailleurs que son directeur général Thierry Bolloré avait remplacé Carlos Ghosn à la présidence du directoire de Renault Nissan BV (RNBV), la holding néerlandaise supervisant l'alliance entre les deux constructeurs.

Le groupe au losange a précisé que ce changement était conforme aux accords fondateurs de l'alliance Renault-Nissan, et que Carlos Ghosn restait membre du directoire de RNBV et administrateur de Renault.

Avec Reuters (Naomi Tajitsu; Gilles Guillaume et Claude Chendjou, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 Commentaire

Jean-Dominique Senard va se rendre au Japon pour restaurer l'alliance avec Nissan

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS