Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Jean-Claude Lacaze prêt à reprendre les eaux de Quézac

, , ,

Publié le

Le groupe Nestlé Waters est en discussion avec le tarnais Jean-Claude Lacaze pour lui vendre les eaux de Quézac, situées à Ispagnac (Lozère). L'industriel, déjà propriétaire des eaux du Mont Roucous à Lacaume (Tarn), ne garderait que 30 salariés sur les 53 que compte le site lozérien.

Jean-Claude Lacaze prêt à reprendre les eaux de Quézac
Usine d’Ispagnac des eaux de Quezac.
© Eau de Quezac

Jean-Claude Lacaze est intéressé par la reprise des eaux minérales gazeuses de Quézac, mais ne souhaite garder que 30 des 53 salariés. Il a présenté le 10 mars son projet au propriétaire du site, le groupe Nestlé Waters, qui avait annoncé début 2015 qu’il souhaitait vendre la source de Quézac et l’usine d’embouteillage située sur la commune voisine d’Ispagnac (Lozère). Jean-Claude Lacaze, 60 ans, possède déjà les eaux du Mont Roucous à Lacaume (Tarn). Il n’a pas voulu dévoiler le montant de son offre, mais a précisé qu’il était prêt à investir 300 000 d'euros pour rénover l’usine d’embouteillage. Le repreneur potentiel ne veut cependant reprendre qu’une partie des salariés et demande une baisse de salaire d’environ 30% aux salariés qui resteraient pour les caler sur les accords de branche existant.

Le dirigeant des ressources humaines de Nestlé Waters s’est engagé à trouver une solution pour tous les salariés de Quézac. Cela pourrait passer par des retraites anticipées ou des postes proposés sur l’autre site que possède Nestlé Waters dans la région, le site de Perrier à Vergèze (Gard).

Les discussions exclusives vont se poursuivre pendant deux mois.

Nestlé Waters avait été en pourparlers en 2015 avec un premier repreneur potentiel, Eric Besson, mais les discussions s’étaient terminées sans accord en mai.

Avec plus de 75 millions de bouteilles par an, Quézac représente actuellement 7% du marché des eaux gazeuses en France.

Anne Devailly

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle