Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Jean-Claude Barreteau, de la mer à l'emballage industriel

,

Publié le

Cadre du groupe Knauf depuis 1992, cet ancien officier de marine va s'atteler à la redynamisation de la division emballage du géant allemand des matériaux de construction.

Succéder à Thies Knauf, l'un des cinq fils des fondateurs du groupe allemand, n'effraie pas Jean-Claude Barreteau. A soixante ans, cet ancien officier de marine au parcours atypique se retrouve, ce mois-ci, à la présidence de Knauf Industries France, la division française du poids lourd de la fabrication des matériaux de construction (5,5 milliards de chiffre d'affaires, 1 400 salariés). Répartie sur quatorze sites de production, l'activité de l'entité française de Knauf Industries atteint 150 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007 et se consacre à l'emballage et aux pièces techniques pour les marchés de l'électrodomestique, de l'agroalimentaire ou encore de l'automobile. « Mon objectif va être d'accroître la rentabilité de notre division, explique le nouveau président. Nous sommes numéro 1 des pièces moulées en polystyrène, mais la conjoncture est difficile et nos résultats doivent être améliorés. » Fin connaisseur de l'entreprise, où il est entré en 1992 pour « redonner du mordant » à Knauf Pack Ouest, une entité du groupe qui, malgré les investissements, peinait à être rentable, Jean-Claude Barreteau sait déjà comment il va s'y prendre. « Pour faire adhérer les salariés au projet de l'entreprise, il faut les rencontrer, communiquer. Bref, être présent physiquement, explique-t-il. Knauf Industries fonctionne comme une somme de PME, avec des effectifs très différents selon les établissements (de 40 à 150 personnes). Chaque site doit être géré avec ses spécificités. Je passe une journée par semaine au siège social de l'entreprise à Wolfgantzen (Alsace) et le reste de mon temps à me rendre dans les usines. » Ce goût du dialogue a, semble-t-il, séduit les dirigeants allemands de ce groupe familial au management plutôt autoritaire. Jean-Claude Barreteau a été précédemment chargé de réorganiser l'entité Knauf Plâtres, de rassembler six usines distinctes sous la bannière Knauf Pack Nord, avant de se voir confier, en 2007, la relance des cinq usines brésiliennes rachetées par Knauf au chimiste BASF. Officier de marine pendant quinze ans, l'homme est pourtant arrivé dans l'industrie par hasard, pour se rapprocher de sa famille. « Mais commander un bateau et diriger une entreprise comportent beaucoup de similitudes : dans les deux cas, il faut motiver, convaincre et faire adhérer », estime-t-il. Le sexagénaire n'a d'ailleurs jamais raccroché d'avec ses premières amours maritimes. Il part dès qu'il le peut avec sa femme faire de la voile, entre les Sables d'Olonne et Belle-Ile. .

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle