Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

"Je veux réconcilier économie et écologie", assure Nicolas Hulot... et voilà comment il compte s'y prendre

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a expliqué lors d’une matinée consacrée à la transition énergétique organisée par l’Usine Nouvelle le 15 mai à Paris, sa méthode pour réconcilier économie et écologie et passer des annonces aux actes.

Je veux réconcilier économie et écologie, assure Nicolas Hulot... et voilà comment il compte s'y prendre
Nicolas Hulot était l'invité de la matinée Transition énergétique organisée par L'Usine Nouvelle.
© Ministère de la transition écologique et solidaire

"Avec la Programmation pluriannuelle de l’énergie, cette année sera un moment d’intelligence collective", a annoncé Nicolas Hulot, ministre de la transition énergétique, lors d’une conférence organisée par l’Usine Nouvelle le 15 mai à Paris. Mais cela ne doit pas simplement être un débat d’experts. Pour lui, la transition énergétique est bien l’affaire de tous, en particulier des acteurs économiques. "La transition est et sera demain, si ce n’est le nouveau moteur de notre économie, un catalyseur important", prévient-il.

Reste à faire de cette transition une opportunité plutôt qu'une contrainte. Pour le ministre, cela passe prioritairement par la réintroduction de sens et de vision. "Le XXe siècle a été marqué par une panne de sens. Les règles du jeu ont favorisé le temps court et les profits immédiats, sans se soucier des enjeux du long terme et le creusement des inégalités, rappelle Nicolas Hulot. Le futur est un peu un invité surprise de cette fin du XXe et début du XXIe siècle. Rarement nos sociétés se sont retrouvées dans une situation de sacrifier l’avenir au présent. Nous devons maintenant combiner les deux enjeux."

"Réconcilier écologie et économie"

Et pour combiner ces enjeux il ne faut plus aujourd’hui opposer les enjeux économiques et écologiques mais les associer. "J’ai une volonté dans l’exercice de ma fonction de réconcilier économie et écologie", assure Nicolas Hulot. Selon lui il faut aussi retrouver un équilibre entre le temps long, le temps du vivant, le temps du climat, les enjeux du court terme, ceux de l’emploi, ceux de la compétitivité de notre économie et ceux de la précarité énergétique. "Cela fait beaucoup. Mais cela explique que cette transition on ne la sous-traitera pas. C’est la responsabilité de chacune et de chacun d’entre nous."

"Acter des trajectoires non négociables"

Et même si la programmation pluriannuelle de l’énergie doit fixer de nouveaux objectifs à la France, l’heure n’est plus selon lui aux engagements, mais aux actes. Comme la loi hydrocarbures, qui acte la fin de la recherche et de l’exploitation sur le territoire français. L’horizon de 2040, pour la fin de la vente des véhicules émettant des gaz à effet de serre, est selon lui aussi important. "La seule manière d’organiser une transition, qui ne peut pas se faire au forceps, est de fixer des objectifs, des points intermédiaires, et que tout le monde se mette en situation d’acter que ces trajectoires ne seront pas négociables. Cela vaut pour la voiture individuelle mais aussi pour les poids lourds, on y travaille avec Elisabeth Borne", annonce Nicolas Hulot.

Un plan hydrogène le 1er juin

Et la progression  vers les mobilités zéro émission, notamment via l’hydrogène. "Je vais lancer le plan hydrogène le 1er juin.  Les acteurs économiques dans les territoires sont prêts pour changer d’échelle dans cette filière", croit le ministre, pour lequel "ce gaz jouera un rôle important dans la transition et pas uniquement dans la mobilité mais aussi dans le stockage".

La transiton énergétique passera aussi par la sortie du charbon. "La mesure plus immédiate de la PPE sera la fermeture des centrales à charbon d’ici à 2022", prévient le ministre. Il sait que ce ne pas simple. "Il n’est pas facile de parler d’économie et d’emploi tout en annonçant que l’on va fermer des usines. Mais il faut anticiper et planifier". Pour rendre acceptable cette mutation, il a missionné Sebastien Lecornu pour élaborer des contrats de transition écologique. Dans les territoires concernés par les fermetures de centrales charbon mais aussi nucléaires, en commençant par Fessenheim.

"10 000 formations aux emplois de la transition écologique"

Mais l’objectif est reste bien de booster les énergies renouvelables. "J’aimerais que les énergies renouvelables profitent d’abord à notre pays plutôt que de se retrouver dans une autre forme de dépendance", prévient le ministre. Le secteur a créé 10,3 millions d’emplois dans le monde ; la France, elle n’est que le troisième acteur en Europe sur ce secteur. Et "des compétences ne sont pas là", observe Nicolas Hulot. Il veut donc booster la formation. "Dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences nous avons prévu 10000 formations aux emplois de la transition écologique, qui seront cofinancées par Pôle emploi", annonce le ministre.

"Atteindre le plus vite possible 50% d'Energies renouvelables"

Pour développer les EnR en France, il faut bien sûr réduire la part du nucléaire. "On va dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie présenter de nouvelles fermetures [de centrales nucléaires] pour donner une visibilité afin d'atteindre l’objectif de 50% le plus vite possible", promet Nicolas Hulot. Et pas pour des raisons dogmatiques. "Il y a un point de consensus. Il faut un mix plus équilibré. 50% nucléaire, c’est en creux 50% d’énergies renouvelables". Et selon lui atteindre vite cette objectif permettra d’y voir clair et de retrouver "notre liberté de choix".

Recentrer les grands énergéticiens sur les services

"La grande erreur ce serait de résumer l’avenir de l’énergie française à l’atome", prévient le ministre, qui croit fermement que l’on va sur un modèle qui va atteindre 100% de renouvelables, fortement décentralisé. Et pour lui, c'est une rupture qui oblige les acteurs de l’énergie à revoir leur modèle économique et à ne plus raisonner sur la quantité d’énergie vendue, mais sur les services énergétiques. Il ne faut "plus faire dépendre la valeur de grandes entreprises comme Engie,Total ou EDF sur les centrales de production d’énergie, mais bien sur leur capacité à fournir de l’énergie dans toutes ses composantes, sans CO2 et en aidant leur client à faire baisser leur facture. Cela doit être leur nouvelle raison d’être", explique Nicolas Hulot. Pas sûr que les trois acteurs soient déjà sur cette voie.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

17/05/2018 - 20h42 -

Oui produire de l'énergie renouvelable est possible, mais il faut une volonté politique qui n'existe pas. En autorisant les petites production hydroélectriques on arriverait à la valeur de 2 centrales nucléaires. Actuellement les DDT (direction départementales du territoire) bloquent les dossiers. De nombreuses dossiers de production hydroélectrique attendent...depuis 10 ans. La DEB du ministère de l'écologie donne des consignes...officieuses pour retarder ces dossiers. Interrogez les DDT et vous serez surpris.
Répondre au commentaire
Nom profil

16/05/2018 - 09h54 -

" fournir de l’énergie dans toutes ses composantes, sans CO2 et en aidant leur client à faire baisser leur facture. Cela doit être leur nouvelle raison d’être ?" Nous sommes d'accord ! Mais comment ?............Produire de l’hydrogène en suffisance demande de nombreux outils de production énergétique , des réservoirs adaptés , des centres de stockage et de distribution, des véhicules avec des moteurs adaptés. Le stockage de masse des renouvelables serait la solution car il permettrait de produire du gaz en fonction des besoins tout en supprimant l'intermittence. Inventeur indépendant je propose une solution contre un partenariat .
Répondre au commentaire
Nom profil

17/05/2018 - 18h37 -

cf nouveau standard de stockage de l’hydrogène Stor-H d'AAQIUS, en cours de déploiement en Chine, au Maroc, à Dubai etc (sous forme solide, à pression NORMALE, ne nécessite pas de réseau particuliers de distribution, hydrogène produit et stocké en canettes à l'aide des énergies renouvelables, plug de la canette dans le véhicule qui comporte une pile à combustible qui fournit de l'électricité). Il y a une grosse censure à ce sujet, AAQIUS sont entrain de rencontrer en direct les décideurs du monde entier, ceux qui ne sont pas les soumis des lobby nucléaires et pétrole vont de l'avant. Aucune confiance dans ce ministre à la cheville de micron, je n'arrive plus à croire un traitre mot de ces pro;esses grandiloquentes !
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle