Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

« Je parraine des élèves issus de milieux défavorisés »

, , ,

Publié le

Didier Rossi 51 ans, ingénieur VoIP chez SFR

« Je parraine des élèves issus de milieux défavorisés »
Didier Rossi est très investi dans la vie associative, notamment dans des programmes soutenus par SFR, son employeur.

Sur proposition de son employeur SFR, Didier Rossi parraine des étudiants via Passeport Avenir, une association créée par les entreprises de télécoms. Dix ans que cet ingénieur, chargé du support technique du réseau VoIP, accompagne des élèves ingénieurs issus de milieux défavorisés « qui ne disposent pas dans leur entourage de personnes maîtrisant les codes nécessaires pour décrocher un stage, leur donner des méthodes de travail ou les aider à rebondir après un échec, parce qu’on a tous connu ça ». Son poste d’ingénieur, Didier Rossi l’a décroché à force de persévérance.

Après un DUT d’électronicien, il entre chez SFR comme technicien pour déployer des émetteurs. Après le boulot, il prépare le concours de Télécom Lille. Reçu, il suit un cursus intensif pendant un an grâce à un CIF financé par SFR dans le cadre d’un plan de départs volontaires. Il enchaîne par un master en e-business et en commerce électronique. Puis il revient chez SFR avec un nouveau poste et l’envie d’aider les autres. Cette année, il suit deux élèves de Centrale Lyon. Un premier rendez-vous en tête à tête, puis des échanges réguliers par mail et téléphone lors des grandes étapes de la vie étudiante. « On ne se rend pas compte de ce que l’on peut leur apporter en tant qu’ingénieur. Ce qui nous paraît évident ne l’est pas pour eux. » SFR lui dégage deux heures tous les quinze jours pour ce tutorat.

Didier Rossi est engagé dans deux autres programmes soutenus par son entreprise. En tant que « collaborateur citoyen », il dispose de onze jours par an pour l’association qu’il préside : Montpellier Sauvetage forme ainsi gratuitement entre 100 et 200 jeunes par an au sauvetage en mer ou sur terre. SFR participe aussi financièrement à la formation des jeunes des quartiers au secourisme. « On se sent mieux dans une entreprise qui partage ses valeurs, en contrepartie je m’investis dans mon travail. Si demain je devais changer d’employeur, je perdrais tout ça. »

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3401HSING

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3401HSING

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Dans la même rubrique

Guide de l'ingénieur Cela demande du sang-froid et de la patience. Car succès médiatique ne signifie pas mécaniquement[…]

|

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle