"Je n'ai aucun doute sur les accords signés avec ArcelorMittal"

Le 7 décembre 2012, François Marzorati, le sous-préfet de Thionville (Moselle),  a été chargé  par Jean-Marc Ayrault de suivre l'accord entre ArcelorMittal et le gouvernement. Une mission à laquelle il va se consacrer à plein temps puisqu'il prend sa retraite. Dès ce lundi 10 décembre 2012, il reçoit la CFDT. Avant, il a répondu aux questions de L'Usine Nouvelle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Usine Nouvelle - En quoi va consister la mission de suivi de l'accord avec ArcelorMittal que le Premier ministre vous a confiée ?
François Marzorati - Je suis chargé d'animer le comité de suivi qui vérifiera que les engagements signés par ArcelorMittal avec le gouvernement seront tenus. Il sera composé d'un représentant de chaque organisation syndicale de salariés et d’élus locaux.

Pourquoi avez-vous été choisi ?
Lorsque j'ai été nommé sous-préfet de Thionville (Moselle) il y a sept ans, j'ai pu suivre le dossier Arcelor avec beaucoup d'attention. J'étais présent au moment de l'OPA lancée par Mittal sur Arcelor. J'étais présent lors de la signature des conventions de revitalisation. J'ai donc une connaissance exceptionnelle du dossier, du terrain, des différents acteurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pensez-vous que Lakshmi Mittal tiendra ses engagements?
Je n'ai pas d'à priori mais M. Mittal est un chef d'entreprise sérieux. Quand on signe des engagements comme ceux-ci on se doit de le respecter.

De quels outils allez-vous disposer pour surveiller le bon déroulement de cet accord?
J'aurai à disposition les services de l'Etat. J'aurai un pouvoir d'investigation et d'expertise du site. Je m'entretiendrai avec l'ensemble des organisations syndicales, des cadres et de la direction. Ainsi qu'avec les élus locaux.

Si les engagements ne sont pas respectés, y aura-t-il des sanctions contre le groupe sidérurgique?
Je ne suis pas à un poste de décision, le pouvoir politique lui-même le déterminera.

Pendant combien de temps serez-vous à la tête de ce comité?
Le temps qu'il faudra. Puisque je suis à la retraite dans dix jours, je pourrai me consacrer à temps complet à cette mission.

Propos recueillis par Timothée L'Angevin

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS