Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Japon : la high-tech se mobilise autour de la catastrophe

,

Publié le

Internet fait encore une fois la preuve de son utilité en cas d’évènement majeur. Robuste, il tient lorsque le téléphone est coupé. Il permet même d’aider à retrouver les disparus. Enfin, lorsque la malveillance ou l’incompétence ne s’en mêlent pas.

Japon : la high-tech se mobilise autour de la catastrophe © colodio - Flickr - C.C.

C’est devenu une –bonne- habitude. Les acteurs du Web se mobilisent dans les minutes qui suivent les grands événements sur la planète. Après le tremblement de terre de vendredi au Japon, Google très vite a déclenché son système de recherche de personnes disparues. Mais, par essence, ce système ne permet pas de vérification des informations (c’est le cas de tous les dispositifs analogues) qui y sont publiées. Il semblerait d’ailleurs  qu’il soit ainsi envahi de fausses déclarations de décès demandant que l’on envoie un mail à une adresse frauduleuse pour vérifier les informations. La vigilance est aussi de mise sur le site de la Croix Rouge, qui a également rendu disponible très vite son site de signalisation de personnes disparues. Celui-ci permet aux personnes vivantes de s’identifier.

Twitter – que les Japonais ont pu continuer d’utiliser alors que les communications téléphoniques étaient interrompues - a lui aussi encore joué son rôle en publiant des informations utiles sur son blog japonais, comme les mots clés (hashtag) à utiliser pour s’informer sur la situation.

Bonnes intentions
Avec le site « SXSW for Japan », les geeks qui tiennent salon à Austin au Texas au SXSW jusqu’au 20 mars, ont voulu mettre leur « capacité d’influencer » (une des thématiques de la manifestation) à l’épreuve du réel. « Nous mettons nos cœurs, nos esprits et nos portefeuilles au service du Japon » indique le site sur lequel il est possible de donner de l’argent, de partager des informations ou de créer une page pour recueillir des fonds.

Mauvaises pratiques
En revanche, un mauvais exemple est venu de France. Air-France  a semble –t-elle complètement négligé l’utilisation des réseaux sociaux dans ces cas d’extrême urgence. Le compte Twitter de la compagnie, qui compte près de 40000 inscrits, était aux abonnés absents toute la journée de dimanche. Or nombre de clients ont pourtant cherché à s’informer par ce biais sur les éventuels vols au départ du Japon. A l’heure où nous écrivons, le fil Twitter d’Air France reste quasi-muet renvoyant sur le site internet de la compagnie.

Photo : colodio - Flickr - C.C.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle