Jambons, foie gras et vins de Bordeaux au menu des exportations de Delpeyrat

La PME landaise, spécialisée dans les produits gastronomiques, veut doubler ses ventes à l’étranger d’ici à 2020, à 100 millions d’euros. Elle compte notamment sur le marché chinois, où elle a reçu fin mars l’autorisation de vendre son jambon de Bayonne.

Partager

Jambons, foie gras et vins de Bordeaux au menu des exportations de Delpeyrat

Discussions avec des importateurs, déjeuners avec des distributeurs, échanges avec des entreprises du secteur... Dominique Duprat et Stanislas Salembier ont enchaîné les rendez-vous au Sial de Shanghai (Chine). Venus spécialement de France, le directeur général adjoint et le directeur export de Delpeyrat ont multiplié les contacts sur place pour vendre leur jambon de Bayonne. Ils savent qu’ils n’ont pas de temps à perdre.

La PME basée en périphérie de Mont-de-Marsan (Landes), fait partie depuis fin mars du club très fermé des trois entreprises françaises qui ont obtenu un agrément de la Chine pour y exporter de la charcuterie. A elle seule, elle produit les deux tiers du 1,2 million de jambons de l’appellation Bayonne produits chaque année.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

100 millions d’euros à l’export d’ici à 2020

Longtemps tournée vers le marché français, la PME, qui dispose de 20 sites de production, a privilégié le développement d’une offre transversale de produits gastronomiques, d’abord sur le foie gras, puis avec du jambon de Bayonne, du caviar et du saumon. La filiale du groupe coopératif Maïsadour veut aujourd’hui mettre l’accent sur l’export, comme axe de développement.

"Notre ambition est de réaliser 100 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export d’ici à 2020, soit un doublement par rapport à aujourd’hui" affirme Dominique Duprat, le directeur général adjoint de Delpeyrat. En 2013, avec un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros, elle ne réalisait que 45 millions d’euros à l’international, dans 62 pays, ses principaux marchés étant l’Espagne, la Belgique, le Canada, la Suisse, le Japon et les Emirats Arabes Unis.

Unir ses forces à l’international

La Chine est aujourd’hui une zone prioritaire de développement pour le groupe, qui y possède une filiale commerciale, issue du fabricant de foie gras Excel qu’il a progressivement racheté. Avec une population estimée de 170 millions de cadres aisés, le potentiel de consommation pour les produits gastronomiques est immense sur place. "Nous pensons pouvoir exporter 50 000 jambons en Chine en année pleine. Les premiers pourraient arriver sur le marché chinois d’ici à la fin de l’année, le temps que l’affinage puisse être réalisé", détaille Dominique Duprat.

Pour vendre ses jambons en Chine, Delpeyrat pourrait passer un accord avec la Sacor et la Cooperl, les deux autres entreprises françaises ayant obtenu un agrément d’exportation en charcuterie sur le pays. "Il est pertinent d’unir nos forces à l’international pour réduire les coûts et mieux répondre aux distributeurs", explique le directeur général adjoint de Delpeyrat.

De nouvelles filiales en cours de création

Mais le groupe ne compte pas que sur la Chine pour développer ses ventes à l’international. Delpeyrat espère aussi pouvoir vendre très prochainement son célèbre jambon de Bayonne aux Etats-Unis et en Russie. La PME de 1 800 salariés s’appuiera également sur une offre de vins de Bordeaux sous sa propre marque, élaborée avec la coopérative bordelaise Univitis, uniquement pour l’export. "Cela nous permet d’avoir une offre complémentaire et cohérente pour accompagner nos foie gras et jambons. C’était une demande de nos distributeurs", insiste le directeur général adjoint qui compte vendre 200 000 bouteilles sur l’exercice 2014-2015.

Possédant actuellement quatre filiales à l’étranger, au Canada, en Espagne, en Belgique et en Chine, Delpeyrat n’exclut pas de créer d’autres structures prochainement dans des pays importants d’ici 2020. "Tout dépendra des ventes réalisées. Nous commençons à former des cadres au siège de Mont-de-Marsan pour prendre en charge ces filiales", détaille Dominique Duprat. Les Etats-Unis pourraient bien être sur la liste...

Adrien Cahuzac

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS