Quotidien des Usines

Jacquet Industries mise sur l'e-commerce

Publié le

Dossier Le petit groupe spécialiste de la distribution et de la découpe de tôles en métaux nobles se lance dans l'e-commerce pour assurer son développement.

Jacquet Industries mise sur l'e-commerce

Sommaire du dossier

De l'audace, le P-DG de Jacquet Industries, Eric Jacquet, en a indiscutablement. Hier, en développant sa société spécialisée dans les pièces découpées (370 millions de francs de chiffre d'affaires) par des implantations industrielles dans cinq pays européens, dont la dernière en date, la Finlande, est effective depuis juin 2000. Et, aujourd'hui, en prenant le virage de l'e-commerce. Aux côtés d'un de ses homologues sud-coréens, Hwang-Kum, le groupe, originaire de Vénissieux (Rhône), est à l'origine d'une nouvelle place de marché consacrée à l'acier, Anysteel.com. En marge des portails des sidérurgistes, celui-ci vise une niche du marché : la fourniture de produits en petites quantités, qui représente 180 milliards d'euros sur un total de 800 milliards. Jacquet détient 5 % du capital de la start-up, aux côtés d'une vingtaine de distributeurs et d'investisseurs, le principal étant la Softbank, qui a investi 6 millions d'euros. Une application informatique spécifique Par ce biais, Jacquet compte " booster " son activité de négoce de tôles en Inox et en alliage nickel " quarto " (épaisses). Commencée il y a deux ans, celle-ci représente aujourd'hui 15 % de son chiffre d'affaires. Autre volet de cette stratégie Internet : la vente en ligne de pièces découpées, premier métier de Jacquet. La PMI développe conjointement avec Anysteel une application informatique spécifique, baptisée Anycut, pour ces pièces plus compliquées à vendre que des produits standards. Eric Jacquet estime d'ailleurs que seuls 50 % des pièces - les plus simples - pourront passer par ce nouveau canal de vente. Anycut sera opérationnel à la mi-2001. Une nouvelle structure sera créée, avec un capital de 100 000 euros, dont Jacquet devrait détenir 60 % du capital. Développer la croissance à l'international Jacquet n'attend pas de retombées significatives de sa stratégie électronique avant 2002. En parallèle, le groupe compte poursuivre son développement à l'international. Prochaines étapes : l'Italie, la République tchèque et les Etats-Unis. Fait nouveau, ce sera par croissance externe. " Aux Etats-Unis, nous avons ciblé des entreprises de 150 à 200 millions de francs de chiffre d'affaires ", explique le P-DG. Une stratégie qu'il peut d'autant plus se permettre que son taux d'endettement devrait passer sous la barre des 50 %, contre 86 % l'an dernier. Enfin, le groupe dispose de marges importantes de croissance interne en Europe. Sa puissance d'achat et sa force logistique lui donnent un avantage concurrentiel certain sur un marché peu structuré. Après un démarrage plus que difficile l'an dernier, dans une conjoncture déprimée, Jacquet est reparti en flèche au premier semestre (+ 36 %). A l'horizon 2002, il vise un chiffre d'affaires de 1 milliard de francs. Laurence Demoulin L'entreprise en chiffres Chiffre d'affaires 2000 (prévision) : 500 millions de francs, dont 55 % à l'international. Implantations 12, dont 5 à l'étranger. Effectifs 275 personnes.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte