J’y étais… au speed-dating santé franco-saoudien

Pour profiter de la croissance du marché de la santé en Arabie Saoudite, 18 PME françaises étaient invitées, ce jeudi 7 novembre, par la ministre du Commerce Extérieur à rencontrer une délégation de décideurs saoudiens. Le récit en quatre chiffres clés.

Partager
J’y étais… au speed-dating santé franco-saoudien

5 minutes pour convaincre

Cinq minutes. Il ne s’agit pas d’un speed dating - ce nouveau format des rencontres amoureuses - mais du temps dont disposaient ce jeudi 7 novembre, 18 entreprises françaises de la santé pour séduire la délégation de décisionnaires d’Arabie Saoudite conviée à Paris par Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur. "Trois des cinq sociétés saoudiennes incontournables pour attaquer le marché de la santé sont là", confie une experte. Les forces en présence côté français ? Des PME, spécialistes de la robotique chirurgicale (MedTech), de l’imagerie médicale (Supersonic Imagine), du diagnostic (Diaxonhit) ou encore des thérapies (Adocia). Représentées le plus souvent par leurs dirigeants, signe que le sujet est pris au sérieux. Car mis à part Carmat, dont le cœur artificiel en fin de développement est testé dans un centre hospitalier d’Arabie Saoudite, le pays a tout de la terra incognita pour ces entrepreneurs

3 milliards d’euros de marché potentiel à l’horizon 2017

Avec 55% d’augmentation du PIB de la santé entre 2009 et 2015, le potentiel du marché de la santé saoudien semble gigantesque : quelques trois milliards d’euros de marché potentiel à l’horizon 2017. Car les besoins sont croissants en matière de vaccins, de soins anti-infectieux, de traitements des maladies chroniques (avec ses 36% d’obèses, le pays est plus touché que les Etats-Unis !)… Et le financement est là. "Nous avons le plus grand pouvoir d’achat du Moyen-Orient, et notre ministère soutiendra tous les transferts de technologie dans les équipements médicaux, les innovations au service de l’humain", annonce Abdallah Al-Rabia, le ministre saoudien de la Santé. "Ils ont de l’argent, nous les produits !", s’enthousiasme un patron français.

8% des exportations françaises vers l’Arabie Saoudite

Si le pays représente déjà 8% des exportations françaises de santé, ce taux devrait croitre…" L’Arabie Saoudite n’est pas un marché, c’est un partenaire ", assure Nicole Bricq, louant son "climat d’affaire favorable". La France figure parmi les trois premiers investisseurs du royaume. Implanté depuis quarante ans, Sanofi, le géant français de l’industrie pharmaceutique, y finalisera en 2014 un nouvel investissement dans la production d’insuline. Et a déjà reçu la visite de la délégation saoudienne. Des contrats devraient aussi suivre dans les vaccins, ou le plasma car une discussion a été entamée avec le groupe pharmaceutique public français LFB. De quoi susciter l’envie des PME. " C’est une bonne manière de nouer un premier contact, sans avoir à partir à l’aventure dans cette région ", estime Loïc Maurel, le PDG de Diaxonhit. Pour implanter ses tests de diagnostic à forte valeur ajoutée au Moyen-Orient, entrer par l’Arabie Saoudite lui semble idéal.

2500 hôpitaux et centres de soin primaires

500 hôpitaux et 2 000 centres de soin primaires dans un pays dont la superficie représente un quart de celle de l’Europe ! "Nous faisons tous les efforts possibles pour pouvoir fournir des soins de qualité partout, et à un coût acceptable pour nous", estime Abdallah Al-Rabia. Sans rogner sur la protection de l’environnement. Venue du Pas-de-Calais, le spécialiste des traitement de déchets médicaux Ecodas a donc profité de la rencontre pour signer un contrat de 400 000 euros avec la société Al Daleel Medical Supply. Sa technologie de transformation des déchets infectieux en déchets ménagers par broyage et stérilisation par vapeur a séduit les Saoudiens. La seule appréhension de Jeff Squalli, le dirigeant d’Ecodas ? "La résistance au changement et réussir l’implication de tous les acteurs dans la chaine de santé." Finalement, l’Arabie Saoudite n’est peut-être pas si différente de la France…

Gaëlle Fleitour

0 Commentaire

J’y étais… au speed-dating santé franco-saoudien

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SANOFI

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS