Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"J’ai refusé de cosigner le rapport Duron" : Dominique Bussereau s'explique

Olivier Cognasse , , ,

Publié le

Dominique Bussereau, ancien ministre et député (UMP) de Charente-Maritime, membre de la commission Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET), n'a pas cosigné le rapport rendu mardi 26 mai au ministre des Transports. Il revient pour L’Usine Nouvelle sur les raison d'un tel refus.

J’ai refusé de cosigner le rapport Duron : Dominique Bussereau s'explique © Flickr

Si Dominique Bussereau loue le travail effectué par la Commission sur l’avenir des Trains d’équilibre du territoire (TET, ex-Intercités), il s’est refusé à cosigner le rapport qui en est issu. L’ancien secrétaire d’Etat aux Transports exprime trois points de désaccord.

"Sur le fond, je suis déçu, explique-t-il. Il n’y a aucune piste d’ouverture à la concurrence alors qu’à mon avis c’est une solution pour multiplier les offres et les rendre plus confortables."

Deuxièmement, "je suis contre l’idée d’une autorité rattachée au ministère pour s’occuper des TET. Je ne suis pas pour rajouter une usine à gaz supplémentaire". Enfin, il reproche une vision "un peu décliniste, comme dans le rapport de la Commission Mobilité 21 [dont la mission était de préciser les conditions de mise en œuvre du Schéma national des infrastructures de transport, ndlr] qui préconisait de supprimer un certain nombre de projets de ligne à très grande vitesse. Toutes ces raisons ont fait que je ne pouvais pas apporter ma caution."

Livrer en trois ans les TET


Les constructeurs Alstom et Bombardier disposent de contrats cadres avec les régions pour les TER, dont seule une petite partie a été traduite en commandes effectives en raison des restrictions budgétaires. Ils proposent donc pour les TET des versions de TER pouvant rouler à 200 km/h avec davantage de confort. C’est le cas de la version V200 du Coradia Liner d’Alstom. "Seules 218 commandes de trains ont été passées pour les TER sur les 1000 que prévoient le contrat-cadre, rappelle Ana Giros, directrice générale d’Alstom Transport France. Nous pouvons livrer en 3 ans ces trains." Au lieu de 7 ans habituellement avec la phase de développement, sans oublier des économies substantielles.

"Le bon vieil indicateur Chaix"

Le président du conseil départemental de Charente-Maritime est également opposé à la suppression de certaines lignes. "On est resté dans le bon vieil indicateur Chaix [des horaires de la SNCF, ndlr]. Or le Caen-Tours serait viable si on le prolongeait jusqu’à Biarritz, ou au moins jusqu’à Bordeaux." Il évoque également le Nantes-Lyon. A contrario, il reconnait que certaines lignes comme le Bordeaux-Lyon ou l’Aubrac (Clermont-Ferrand-Béziers) sont difficiles à maintenir. Mais la plupart des "lignes sont non rentables parce que l’on a fait en sorte qu’elles ne le soient pas. Si vous réduisez l’offre au minimum et que vous la rendez inconfortable, ce n’est pas étonnant".

Concernant la concurrence des autocars, "elle va surtout faire du mal au covoiturage dans un premier temps". Pour Dominique Bussereau, la solution passe par une ouverture à la concurrence en douceur. "Il ne s’agit pas d’engager un grand soir, mais de lancer de manière expérimentale l’ouverture à la concurrence dans une région."

Pas de décision avant 2017

Quant à l’avenir de ce rapport, il semble bien sombre. "Je trouve que cela permet à un gouvernement pas très imaginatif en matière de transports et sans moyens financiers depuis qu’il s’est fait hara-kiri en supprimant l’Ecotaxe de l’utiliser pour fermer certaines lignes, craint Dominique Bussereau. Bien entendu, les décisions ne seront pas prises avant les élections régionales de décembre prochain et sans doute pas avant la présidentielle de 2017, malgré l’urgence."

Propos recueillis par Olivier Cognasse

Rapport de la Commission sur l'avenir des TET

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

03/06/2015 - 09h30 -

Le bien être n'est que le résultat du travail de tous .
Pendant les "Trentes glorieuses", la France était riche ........... de son travail !
Moins nous travaillons et plus nous aurons de difficultés à produire, vendre et entretenir notre modèle de développement.
Le socialisme en imposant les 35 heures à l'ensemble des entreprises Françaises et l'UMP en l'acceptant,les tues à petit feu.
Parce que lorsqu'on a 6 millions de fonctionnaires et qu'on perd 5 heures de travail par semaine,ça donne 5x6= 30 millions d'heures perdues chaque semaines.30 millions x 52 semaines= 1560 millions/h/an ?
Evidemment certains services sont moins touchés parce que la charge de travail n'est pas constante. Mais pour ceux qui doivent fournir le même travail chaque jour, la solution ne peux passer que par l'embauche. Alors que nous avons déjà 1/3 de fonctionnaires en plus que les pays comparables(Allemagne) ?De plus cette fonction publique, malgré tout nécessaire, pèse par l'impôt sur l'ensemble des activités commerciales. Ce qui fait que petit à petit, produits et services deviennent hors de portée des possibilités économiques d'une part de plus en plus importante la population.
Pour compenser cette perte de pouvoir d'achat, l'Etat doit développer des aides spécifiques et embaucher pour ce faire d'autres fonctionnaires ?
Répondre au commentaire
Nom profil

02/06/2015 - 17h24 -

D'autant plus que ledit Bussereau est à l'origine d'une circulaire interdisant la création de nouveaux passages à niveaux, ce qui empêche ou porte à un coût intenable la réouverture au service voyageurs de lignes existantes...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/06/2015 - 10h17 -

M.Bussereau est bien gentil il fait un rapport et ne le signe pas ! A t-il fait part de ces remarques à la commission ? Il critique la suppression de train indiqué dans le rapport mais se rappelle t-il pas que lui aussi a fait supprimer des lignes dites non rentables. Alors les leçons, les critiques, etc...Marre.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle