Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

IXblue positionne les navires au centimètre près

Hassan Meddah ,

Publié le

Une vague qui prend de l’ampleur. En quelques années, iXblue s’est imposé auprès des plus grandes Marines européennes en fabriquant des centrales inertielles qui permettent aux navires militaires de se positionner en plein océan sans recourir au GPS américain. Les Allemands viennent de retenir ses produits pour équiper leurs navires de surface au détriment de la filiale locale du groupe américain Raytheon.

Un succès qui arrive après un contrat pour équiper des sous-marins en Suède et après une commande par la Royal Navy de 35 bâtiments et sous-marins. Et iXblue est bien placé pour équiper en France les futures frégates de taille intermédiaire de DCNS. Bref, cette société de 600 personnes, qui a doublé en quatre ans, s’impose comme un champion tricolore des technologies de navigation inertielle et d’acoustique sous-marine.

« Nous poussons ces technologies aux limites de la physique pour permettre à nos clients de réaliser leurs opérations maritimes de manière plus efficace. Nos équipements peuvent localiser au centimètre près des objets à plus de 6 000 mètres de profondeur », explique Philippe Debaillon-Vesque, le président d’iXblue, une société appréciée des hommes politiques.

François Hollande lui a rendu visite en 2013 et, pour l’inauguration de son siège et campus technologique à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) en septembre, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon, ont fait le déplacement. La société est détenue, à côté des managers et des salariés, par le holding familial iXcore, dont le fondateur est Hervé Arditty.

Cet industriel aux réseaux fournis a fait fortune en revendant au plus haut de la bulle internet la société de technologies optiques pour les télécoms Photonetics. Depuis, il investit dans des PME de pointe. Face à des concurrents comme Safran Electronics (ex-Sagem) et l’américain Honeywell, l’ETI mise à fond sur la technologie, investissant 20 % de ses revenus en R & D.

Grâce à leur conception innovante, ses centrales inertielles nécessitent peu ou pas de maintenance, d’où leur succès auprès des fabricants de satellites. Favorisant l’intégration verticale et une production 100 % française, iXblue a racheté les sous-traitants qui produisaient des éléments critiques de ses solutions. Et maîtrise ses coûts et ses approvisionnements grâce à ses usines et ses bureaux d’études à Brest (Finistère), Lannion (Côtes-d’Armor), Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) et Besançon (Doubs). En créant H2X, un chantier naval à Toulon (Var), iXblue s’est même lancé dans la production de petits navires de haute technologie en composites. Une nouvelle vague ? Hassan Meddah

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus