Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Iveco regonfle ses moteurs à Bourbon-Lancy

Publié le

Le plus petit site d'assemblage de moteurs du constructeur italien de véhicules industriels développe une nouvelle génération d'engins.

Les programmes d'investis- sements se succèdent sur l'usine de moteurs d'Iveco de Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire), à un rythme rapproché. Aux 230 millions d'euros déjà injectés dans l'outil productif depuis 1994, date de lancement de la gamme des moteurs Cursor, plus de 41 millions supplémentaires permettront d'ici à 2007, d'accroître les capacités et de développer une nouvelle génération d'engins. Ils génèreront surtout la création de 200 emplois, dont cinquante dès ce mois de septem-bre. « Il s'agit d'améliorer deux modèles fonctionnant au gaz et au Diesel pour les bus et d'industrialiser un moteur Diesel plus performant pour le marché agricole », explique Fernando Pieroni, responsable du service technique.

Pourtant, Leonardo Grillo, directeur de ce site de 1 230 salariés, confesse d'entrée de jeu que, « si c'était à refaire, jamais l'entreprise ne s'implanterait à cet endroit ». Le seul site français de la filiale de Fiat, spécialisé dans l'assemblage de moteurs de 240 à 540 chevaux sur 10 hectares d'ateliers, se trouve situé à 500 kilomètres du siège de Turin et éloigné de plus de 1 000 kilomètres des deux usines européennes de montage des différents véhicules industriels. Mais, ce handicap géographique s'efface devant un atout local : la qualité d'un personnel de 37 ans de moyenne d'âge, possédant une véritable culture mécanique. « Parmi nos trois unités d'assemblage de moteurs avec Turin et Foggia, Bourbon-Lancy est de loin la plus productive et la plus fiable », assure Leonardo Grillo.

Un nouveau moteur Diesel dédié au milieu agricole

Le développement capacitaire, qui a pour objectif d'assembler 46 195 unités en 2007 (contre une prévision de 44 000 cette année), passe par l'installation de deux lignes supplémentaires dans les ateliers d'usinage ainsi que de montage. Cette opération chiffrée à 14 millions d'euros permettra, en outre, de perfectionner le travail en unités autonomes de production, constituées pour chacune d'elles d'une quinzaine de personnes. « Nous poursuivrons notre politi-que de formation continue du personnel qui nous fait dépenser chaque année 1,2 million d'euros pour 50 000 heures dispensées, soit 5 à 6 % de la masse salariale », précise le directeur.

Concurrencé sur le marché nord-américain, le constructeur va également assembler sur place un nouveau moteur Diesel dédié au milieu agricole. Ce projet spécifique coûtera 11,63 millions d'euros, tant pour adapter les lignes d'usinage qu'en recherches spécifiques issues des bureaux d'études. L'obligation d'abaisser les valeurs d'émission de gaz d'échappement des véhicules industriels, contenue dans la norme Euro 4, applicable au 1er janvier 2006, impose aussi à Iveco d'investir 4,4 millions d'euros. « La moitié de cette enveloppe servira à l'acquisition d'un nouveau banc d'essais », indique Fernando Pieroni.

Par ailleurs, le suivi d'une politique environnementale de plus en plus stricte demandé par Fiat oblige le site à décrocher la cer- tification Iso 14 001. Chiffrée à 2,134 millions d'euros, cette stratégie intègre notamment la mise en conformité du parc des citernes de liquides inflammables. Grâce à cette nouvelle mutation industrielle, l'unité de Bourbon-Lancy espère améliorer son dynamisme, qui lui fait déjà gagner six points de productivité chaque année depuis trois ans.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle