Italie: Le Mouvement 5-Etoiles se déchire entre Grillo et Conte

par Gavin Jones

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Italie: Le Mouvement 5-Etoiles se déchire entre Grillo et Conte
Le Mouvement 5-Etoiles (M5S), principale force politique dans les deux chambres du Parlement italien, s'est retrouvé mercredi sans chef de file à la suite d'une querelle entre son fondateur, l'humoriste Beppe Grillo (en photo), et l'ancien président du Conseil Giuseppe Conte, qui avait accepté de prendre en main la formation pour tenter de l'aider à surmonter ses difficultés. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi

ROME (Reuters) - Le Mouvement 5-Etoiles (M5S), principale force politique dans les deux chambres du Parlement italien, s'est retrouvé mercredi sans chef de file à la suite d'une querelle entre son fondateur, l'humoriste Beppe Grillo, et l'ancien président du Conseil Giuseppe Conte, qui avait accepté de prendre en main la formation pour tenter de l'aider à surmonter ses difficultés.

Ces turbulences pourraient menacer la stabilité du gouvernement d'union nationale dirigé par Mario Draghi, même s'il n'a pas besoin des voix du M5S pour disposer d'une majorité parlementaire.

De nombreux responsables et partisans du mouvement sont mécontents d'un certain nombre de choix effectués par Mario Draghi et une scission, désormais probable, pourrait faire basculer un certain nombre d'élus dans l'opposition au gouvernement.

Alessandro Di Battista, qui a récemment quitté le M5S mais reste populaire parmi ses électeurs, a déclaré mercredi qu'une consultation en ligne devrait être organisée pour permettre aux membres du mouvement de décider de quitter ou non la coalition au pouvoir après "ces quatre mois tragiques" de gouvernement Draghi.

La perte du soutien du M5S rendrait Mario Draghi dépendant de la Ligue de Matteo Salvini, formation fermement hostile à l'immigration et à certaines politiques européennes.

Sans affiliation politique à l'origine, Giuseppe Conte a accepté la requête de Beppe Grillo de prendre les rênes du M5S après la chute de son gouvernement en janvier.

Après des mois à s'occuper de régler des luttes intestines, l'ancien président du Conseil s'apprêtait finalement à présenter un projet de réorganisation du mouvement l'alignant sur une position classique de centre gauche quand Beppe Grillo a tout bloqué cette semaine, se plaignant avec véhémence d'être mis à l'écart.

"Conte (...) n'a ni vision politique ni compétences managériales. Il n'a aucune expérience des organisations ni capacité d'innovation", a écrit mardi sur son blog Beppe Grillo, qui a fondé le M5S en 2009 comme un mouvement hostile aux élites et aux politiques d'austérité jugées d'inspiration européenne.

Dans ce message, il reproche à Giuseppe Conte de vouloir imposer des "statuts du XVIIe siècle" à un mouvement créé sur les principes de la démocratie directe et de l'égalité de ses membres.

Ce blog a toutefois suscité de nombreux commentaires négatifs de la part de partisans du M5S accusant Beppe Grillo de vouloir saborder le mouvement.

Giuseppe Conte, que les sondages d'opinion présentent comme le deuxième personnalité politique préférée des Italiens derrière Mario Draghi, a dénoncé mercredi la "posture autocratique" de Beppe Grillo, qui est selon lui "mortifère pour l'ensemble de la communauté 5-Etoiles".

Alors qu'une réconciliation paraît impossible entre les deux hommes, certains responsables du M5S commencent à choisir leur camp, essentiellement contre Beppe Grillo.

Figure historique du mouvement, Vito Crimi a ainsi évoqué, comme plusieurs autres, son possible départ du M5S.

(avec Angelo Amante, version française Bertrand Boucey, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS