Isorg finalise son implantation à Limoges

La société grenobloise Isorg qui produit des photo-détecteurs et capteurs d'images de grande surface en électronique organique imprimée a fait visiter, le 8 mars, son unité de production basée sur la technopole de Limoges (Haute-Vienne). Cet ensemble a nécessité un investissement de 20 millions d'euros.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Isorg finalise son implantation à Limoges
Une nouvelle ligne de production à l'été 2018 pour Isorg

Créée en 2010, Isorg est en train d'achever la construction de son unité de production de 3 300 m², un investissement de 20 millions d'euros, sur le parc d'activités de la communauté d’agglomération Limoges Métropole (Haute-Vienne). Elle permettra à l'industriel de bénéficier d'un écosystème favorable, à savoir le pôle de compétitivité Alpha Route des Lasers, le Pôle européen de la céramique, le laboratoire de recherche XLIM, l'Ecole nationale supérieure d'ingénieurs de Limoges avec une spécialité en électronique et la présence d'une quarantaine d’entreprises innovantes dans ce secteur.

Ligne de production cet été

Pionnière sur ce marché, Isorg a mis au point une technologie qui transforme des surfaces en plastique ou en verre en des surfaces intelligentes capables de vision. Ces nouveaux capteurs photosensibles et capteurs d’images minces, légers, confortables et recyclables offrent des avantages uniques par rapport aux capteurs traditionnels en termes de prix, consommation d’énergie, détection, intégration mécanique et résistance aux chocs. La société dispose par ailleurs d’une expertise industrielle unique au monde en matière de dépôt de matériaux semi-conducteurs en solution par des équipements de grande surface, à température et air ambiants.

Une dizaine de salariés ont intégré la nouvelle usine depuis l’été 2017 et près de 50 salariés seront en poste fin 2018. Cette usine regroupe le pôle administratif et financier, la direction des ressources humaines, les services maintenance et transfert de technologie et une ligne de production en cours d'installation qui sera opérationnelle avant l'été 2018. "Notre projet entrepreneurial est non seulement de développer une société industrielle de haute technologie mais également de contribuer à l’émergence et à l’essor de cette nouvelle filière industrielle aux perspectives considérables que représente l’électronique imprimée", explique Jean-Yves Gomez, président d’Isorg.

Un marché en croissance

Sa gamme de produits peut intéresser des entreprises ayant besoin de capteurs pour la fabrication de leurs produits dans le secteur de l’électronique, du matériel médical et de l’industrie ou encore pour gérer des activités de logistique, gestion de process et contraintes sanitaires. Cette nouvelle technologie d’électronique organique devrait connaître une forte croissance car, d'après les études de IDTechEx, le marché de l’électronique imprimée pourrait atteindre 65 milliards de dollars d’ici 2022 dont un milliard pour les capteurs.

Corinne Mérigaud

2 Commentaires

Isorg finalise son implantation à Limoges

noname
10/03/2018 18h:06

quels sont les produits précis et les clients ? l'article reste très vague....sans doute volontairement. les matériaux organiques sont très sensibles à l'air et l'humidité. La technologie est elle industrielle ? ..... On entend parler de "perspectives considerable" depuis plus de 10 ans...

Réagir à ce commentaire
Noname
12/03/2018 12h:19

Le silicium n'a pas dit son dernier mot pour les capteurs optiques.... encore beaucoup d'innovation pour les capteurs silicium, en particulier pour les capteurs biométriques d'empreintes digitales intégrés dans les écrans de telephones (voir dernier telephone du groupe chinois Oppo/Vivo avec capteur intégré silicium de la société Synaptics). Et les capteurs 3D sensing de STMicroelectronics dans l'Iphone X pour reconnaissance faciale (plus besoin de capteurs d'empreintes). Pour la logistique, les capteurs de distance Time-Of-Flight de STMicroelectronics sont ideaux pour la detection d'objets. Quels sont donc finalement ces "avantages uniques par rapport aux capteurs traditionnels" ??? Ces capteurs traditionnels sont disponibles en fort volumes, à bas prix (grace aux volumes de l'electronique grand public), avec un très haut niveau de qualité et de performances.....Et developpés et fabriqués par des geants de l'electronique...

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS