Isaac, un test pour l’industrie pétrolière américaine

La tempête Isaac va toucher de plein fouet de grandes zones pétrolifères dans le Golfe du Mexique. Les événements climatiques précédents, en particulier Katrina en 2005, avaient détruit de nombreuses installations.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Isaac, un test pour l’industrie pétrolière américaine

La tempête Isaac, sur le point de se transformer en ouragan, avance à grand pas au large des Etats-Unis. Elle laisse dans son sillage une vingtaine de morts, en particulier à Haïti. Sa prochaine cible terrestre est la Nouvelle Orléans en Louisiane. L’Etat vient d’être déclaré en état d’urgence. En chemin, les vents de plus de 110 km/h vont balayer de riches zones pétrolifères du Golfe du Mexique.

Pour l’industrie pétrolière américaine, c’est un véritable test. Il y a sept ans, quasiment jour pour jour, l’Ouragan Katrina avait endommagé ou détruit 58 plateformes. Certaines avaient été emportées à plusieurs dizaines de kilomètres de leur lieu d’origine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Trois ans plus tard, les tempêtes Gustav et Ike avaient altéré pendant plusieurs mois la production d’hydrocarbures dans la région. Sans compter, que l’industrie a encore en mémoire l’accident de la plateforme Deepwater Horizon en 2010. Elle avait entrainé la plus grande marée noire du pays.

Interrogation sur le cours du pétrole

Les majors ont assuré leurs arrières en stoppant 80 % de la production de brut dans le Golfe du Mexique et 50 % de la production gazière. Par ailleurs, BP, Chevron, Shell et Apache ont totalement évacué 346 des 596 plateformes de la zone.

Sur de nombreuses autres, la production est arrêtée et ne reste que le personnel essentiel. A terre, 6 raffineries sont à l’arrêt, ce qui diminue la production de 1,3 million de barils par jour.

Toutes ces mesures ont un effet limité mais réel sur les cours du pétrole dans le monde. Si des destructions importantes devaient avoir lieu et perturber durablement la production, les conséquences d’Isaac pourraient être bien plus graves et elles pourraient se prolonger pendant plusieurs semaines.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS