Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Iran : Peugeot et GM sous la pression d'un lobby américain

, , , ,

Publié le

L'UANI demande mercredi aux deux alliés de suspendre les activités de Peugeot en Iran. GM répond que les livraisons de pièces vers l'Iran sont déjà interrompues.

Iran : Peugeot et GM sous la pression d'un lobby américain © D.R. - GM

"En faisant des affaires directement avec le régime iranien, Peugeot renforce la capacité (de Téhéran) à développer un programme illégal d'armes nucléaires, soutenir le terrorisme et réprimer le peuple iranien." Mark Wallace, le directeur d'United Against Nuclear Iran (UANI), accuse directement le groupe français.

L'UANI demande donc à GM de faire pression sur PSA. "GM doit à ses investisseurs et clients de forcer Peugeot à mettre fin à ses activités en Iran", exige Mark Wallace. Depuis la crise, le département américain du Trésor possède 32% du capital de GM.

Il affirme que Peugeot est le premier fournisseur de pièces détachées automobiles à l'Iran. L'UANI considère que le partenaire local du groupe français, Khodro Group ou IKCO, "est contrôlé par le régime iranien et affilié au corps des Gardes de la révolution". Or les USA interdisent à toutes leurs entreprises et à tous leurs citoyens de faire des affaires avec cette organisation.

La menace est sérieuse : l'UACI demande au congrès américain de lancer une enquête sur l'alliance PSA-GM. Il s'agit de déterminer si elle entre en contradiction avec les sanctions américaines sur l'Iran.

Réponse immédiate de GM

Le constructeur américain a immédiatement consulté son nouvel allié français. "Nous en avons retenu qu'ils avaient décidé de suspendre la production et l'expédition de matériel vers l'Iran il y a quelque temps, avant que nous signions notre alliance avec eux, et nous avons décidé de maintenir cette suspension", a déclaré General Motors via un communiqué.

Les dirigeants de GM sont catégoriques : "notre accord avec eux obéit totalement aux règles américaines régissant le commerce avec l'Iran". Même discours chez PSA : ces activités sont menées "dans le strict respect des réglementations européennes et internationales en vigueur".

Peugeot PSA est présent en Iran depuis 1978. Le groupe a décidé courant février de suspendre ses livraisons dans le pays pour le mois de mars, une décision reconduite ensuite pour avril. L'Iran représente aujourd'hui "1,5 à 2% du chiffre d'affaires de la division automobile" de Peugeot PSA. Mais cette activité dépend fortement de la conjoncture internationale.

L'UANI est coutumière de ce genre d'action. Ce lobby fait pression sur des entreprises du monde entier pour qu'elles arrêtent de commercer avec l'Iran. En janvier 2012, ils ont même demandé à la chanteuse Jennifer Lopez de faire pression sur Fiat, avec qui la star avait un partenariat.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle