Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Ipsen prêt à dépenser 1,15 milliard d'euros pour racheter le Canadien Clementia

Simon Chodorge , ,

Publié le

Ipsen a annoncé le 25 février le rachat du laboratoire canadien Clementia Pharmaceuticals. Le troisième groupe pharmaceutique français est prêt à acquérir l'ensemble des actions pour un montant allant jusqu'à 1,15 milliard d'euros (1,31 milliard de dollars américains). En acquérant la molécule en phase avancée palovarotène, Ipsen veut renforcer son portefeuille dans les maladies rares.

Ipsen prêt à dépenser 1,15 milliard d'euros pour racheter le Canadien Clementia
Centre de développement d'Ipsen à Dreux (Eure-et-Loir).
© Ipsen

Lundi 25 février, Ipsen a annoncé le rachat du laboratoire canadien Clementia Pharmaceuticals. Le troisième groupe pharmaceutique français va acquérir la totalité des actions de l’entreprise pour un montant pouvant aller jusqu’à 1,31 milliard de dollars américains, soit 1,15 milliard d’euros. Le groupe français souhaite ainsi renforcer ses offres dans les maladies rares.

Basé à Montréal (Canada), Clementia comptait 24 salariés au 31 décembre 2017 selon le Nasdaq. Au même moment, il disposait d’une trésorerie de 141,2 millions de dollars.

Acquisition de la molécule en phase avancée palovarotène

L’acquisition comporte le palovarotène, une molécule en phase avancée de Clementia. Celle-ci représente une “avancée thérapeutique majeure pour une maladie osseuse ultra-rare avec une approbation prévue en 2020”, décrit dans un communiqué le groupe français.

Le palovarotène pourrait ainsi servir aux traitement des personnes atteintes de fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP) et d’ostéochondromes multiples (OM), “deux maladies osseuses bien identifiées, classées respectivement en catégorie ultra-rare ou rare, extrêmement invalidantes et sans option thérapeutique disponible”, ajoute Ipsen.

Une assemblée extraordinaire en avril

La transaction doit être soumise au vote des actionnaires d’Ipsen lors d’une assemblée extraordinaire prévue le 9 avril. Elle sera intégralement financée par la trésorerie et les facilités de crédit existantes de l’entreprise. Celle-ci prévoit donc une augmentation “significative du niveau de dette nette du groupe” et “un impact dilutif limité” sur la marge opérationnelle en 2019 et 2020, “dû aux coûts des essais cliniques en cours et à la préparation du lancement commercial du palovarotène”, justifie Ipsen.

Spécialiste de l’oncologie, des neurosciences et des maladies rares, le groupe biopharmaceutique Ipsen a enregistré un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros en 2018. Il compte 5700 collaborateurs à travers le monde.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle