InVivo veut convaincre les agriculteurs d'assurer leur récolte

Malgré l’échec du contrat lancé en 2015 par les acteurs de la filière, InVivo se lance dans l’assurance récolte. Le groupe compte s’appuyer sur la puissance de ses coopératives ainsi que des garanties plus nombreuses.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

InVivo veut convaincre les agriculteurs d'assurer leur récolte
D'après InVivo, trois agriculteurs sur quatre n'assureraient pas leurs récoltes.

Coûts trop lourds, couvertures insuffisantes : les raisons qui poussent les agriculteurs à ne pas assurer leur récolte sont multiples. Selon InVivo, ils seraient trois exploitants sur quatre à y renoncer. Fort de sa présence sur le terrain, le poids lourd de l’agriculture entend y remédier avec Bioline Insurance. L’offre "vise à rendre l’assurance récoltes utile et abordable, tout en leur permettant de se protéger efficacement des risques climatiques qui ne cessent de croître en fréquence et en ampleur" selon le directeur général de l’activité, Antoine Poupart.

Les différentes coopératives d’InVivo mettront sur le marché les produits de Bioline Insurance, dont le développement a débuté il y a un an. La grêle, le vent, le froid, l’eau, la chaleur, les incendies liées à la foudre ainsi que les arrêtés liés à la sécheresse et aux inondations figurent, selon diverses clauses, parmi les risques assurables. La qualité des grains est prise en compte parmi les options possibles (poids spécifique, temps de chute de Hagberg pour la sélection des lots de blé en vue de la panification, taux de germination…). Les céréales, les oléoprotéagineux et les cultures industrielles (betteraves et pommes de terre) seront éligibles à l’assurance récolte, soit 90% des surfaces cultivées hors prairies et cultures fourragères.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une précédente tentative en 2015

InVivo avait déjà travaillé sur la protection des cultures en acquérant, en 2016, Bioline auprès de Syngenta. L'entité, dont le métier historique est liée au biocontrôle, regroupe aujourd'hui l'ensemble des activités d'InVivo liées à l'agriculture. Elle a levé 50 millions d’euros en avril dernier.

InVivo espère rencontrer plus de succès que l’assurance multiclimatique des récoltes lancée en 2015 par les acteurs du secteur, pourtant financé jusqu’à hauteur de 65% par des sommes issues du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS