Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

InVivo veut convaincre les agriculteurs d'assurer leur récolte

Franck Stassi ,

Publié le , mis à jour le 15/11/2018 À 15H10

Malgré l’échec du contrat lancé en 2015 par les acteurs de la filière, InVivo se lance dans l’assurance récolte. Le groupe compte s’appuyer sur la puissance de ses coopératives ainsi que des garanties plus nombreuses.

InVivo veut convaincre les agriculteurs d'assurer leur récolte
D'après InVivo, trois agriculteurs sur quatre n'assureraient pas leurs récoltes.
© Flickr/Bill Oswald

Coûts trop lourds, couvertures insuffisantes : les raisons qui poussent les agriculteurs à ne pas assurer leur récolte sont multiples. Selon InVivo, ils seraient trois exploitants sur quatre à y renoncer. Fort de sa présence sur le terrain, le poids lourd de l’agriculture entend y remédier avec Bioline Insurance. L’offre "vise à rendre l’assurance récoltes utile et abordable, tout en leur permettant de se protéger efficacement des risques climatiques qui ne cessent de croître en fréquence et en ampleur" selon le directeur général de l’activité, Antoine Poupart.

Les différentes coopératives d’InVivo mettront sur le marché les produits de Bioline Insurance, dont le développement a débuté il y a un an. La grêle, le vent, le froid, l’eau, la chaleur, les incendies liées à la foudre ainsi que les arrêtés liés à la sécheresse et aux inondations figurent, selon diverses clauses, parmi les risques assurables. La qualité des grains est prise en compte parmi les options possibles (poids spécifique, temps de chute de Hagberg pour la sélection des lots de blé en vue de la panification, taux de germination…). Les céréales, les oléoprotéagineux et les cultures industrielles (betteraves et pommes de terre) seront éligibles à l’assurance récolte, soit 90% des surfaces cultivées hors prairies et cultures fourragères.

Une précédente tentative en 2015

InVivo avait déjà travaillé sur la protection des cultures en acquérant, en 2016, Bioline auprès de Syngenta. L'entité, dont le métier historique est liée au biocontrôle, regroupe aujourd'hui l'ensemble des activités d'InVivo liées à l'agriculture. Elle a levé 50 millions d’euros en avril dernier.

InVivo espère rencontrer plus de succès que l’assurance multiclimatique des récoltes lancée en 2015 par les acteurs du secteur, pourtant financé jusqu’à hauteur de 65% par des sommes issues du Fonds européen agricole pour le développement rural.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle