InVivo, porté par le développement de la nutrition animale

L’expansion internationale d’InVivo dans la nutrition et santé animale a permis de compenser le recul de l'activité agricole historique du groupe sur 2014/2015. La croissance externe devrait se poursuivre encore en 2016.

Partager


Thierry Blandinières, directeur général du groupe InVivo.

"Nous sommes en avance sur notre plan stratégique à 2025", s’est réjoui le 15 décembre, Thierry Blandinières, le directeur général d’InVivo. Le groupe coopératif, qui présentait ses résultats annuels, a fait part d’un chiffre d’affaires stable de 5,7 milliards d’euros sur l’exercice 2014/2015 clos au 30 juin, "dû à la baisse des cours des céréales", mais d’un résultat net en forte hausse, à 81 millions d’euros, contre 15,8 millions sur 2013/2014. D’ici à 2025, le groupe, qui vient de choisir le joueur de rugby Dan Carter, comme ambassadeur pour promouvoir son image internationale, ambitionne d’atteindre 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires et un résultat net de 100 millions d’euros, selon le plan stratégique fixé par Thierry Blandinières.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'activité réalisée sur 2014/2015, qualifiée de "très bon niveau" par le groupe, s'explique en partie par le développement du pôle Nutrition et santé animale (NSA), dont les ventes ont progressé de 12,7 % sur l’exercice, à 1,4 milliard d'euros, dont 75 % à l’international.

L’exercice a été marqué par l’acquisition de Total Alimentos, leader sur le marché du petfood au Brésil, deuxième marché mondial derrière les Etats-Unis, et Pancosma, dans les additifs et ingrédients.

La branche a par ailleurs inauguré cette année sa première unité de fabrication d’aliments poissons et crevettes au Brésil. Pour réaliser ces opérations, InVivo NSA a réalisé en début d’année une augmentation de capital de 215 millions d’euros grâce à Eurazeo, CDC International Capital, Crédit Agricole et Unigrains. Les acquisitions devraient se poursuivre dans les prochains mois. "Nous venons de signer un accord au Nigeria et espérons réaliser trois à quatre opérations d’ici cet été, notamment au Brésil, en Colombie et en Asie", a précisé Hubert de Roquefeuil, le directeur général de InVivo NSA. D’ici à juillet 2016, la filiale nutrition animale ouvrira par ailleurs les portes de son centre mondial de l’innovation à Saint-Nolff (Morbihan).

En revanche, la branche grains d'InVivo a vu son chiffre d'affaires baisser de 6,1 % sur la période, à 2,1 milliards d'euros, et sa branche agrofournitures de 2,9 % à 1,6 milliards d'euros.

Viser les Etats-Unis avec Cordier

Dans le secteur viti-vinicole, le groupe renouvelle son ambition de constituer un important pôle d’activités à destination notamment de l’international. En juin, InVivo avait constitué un pôle vin, suite au rachat des négociants bordelais Cordier Mestrezat et languedocien Vignobles du soleil. Il était également entré au capital de la coopérative Vinadeis. Avec 330 millions d’euros de chiffre d’affaires aujourd’hui, le pôle souhaite atteindre 500 millions d’euros d’ici à trois ans et un milliard d’euros d’ici à dix ans.

Le but est de pouvoir rivaliser à terme, avec les grands négociants mondiaux américains comme Gallo ou Constellation. Pour cela, il devrait s’appuyer sur la marque Cordier à l’international, notamment à destination des Etats-Unis. Le groupe espère par ailleurs l’adhésion d’une trentaine de petites coopératives viticoles.

Elles pourraient apporter une partie de leur collecte, qui serait ensuite exportée notamment en vrac. "Nous recherchons des coopératives avec des cahiers des charges et des qualités maitrisés", a insisté Thierry Blandinières. La qualité sera le maître mot d'InVivo pour réussir sa conquête internationale dans le vin.

Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS