InVivo affiche sa résilience dans un contexte agricole chahuté

Le groupe coopératif InVivo a poursuivi sa croissance et l’amélioration de sa rentabilité sur l’exercice clôturé fin juin. Mais la récolte céréalière catastrophique de cet été devrait impacter l’activité l’an prochain. En attendant, le groupe déploie des synergies dans les produits phytosanitaires.

Partager

InVivo affiche sa résilience dans un contexte agricole chahuté
Philippe Mangin

"C’est une crise agricole qui n’a pas de précédent par son ampleur et le cumul des difficultés. Malgré cela, InVivo montre sa résilience", a insisté le 13 décembre, Philippe Mangin, le président du groupe coopératif, lors de la présentation annuelle des résultats.

Sur l’exercice 2015/2016 clôturé au 30 juin, le groupe InVivo a réalisé un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros, en hausse de 13 % par rapport à l’exercice précédent (5,7 milliards d’euros). Pour la première fois, le chiffre d’affaires réalisé à l’international a dépassé celui de la France. L’Ebitda avant ristournes s’est établi, à 213 millions d’euros, en hausse de 5 % par rapport à l’exercice précédent. Le résultat d’exploitation consolidé a affiché une progression de 11 %, à 74 millions d’euros.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Cette progression s’explique à la fois par les croissances organique et externe du groupe, notamment à l’international. Elles ont permis de compenser en partie la dépréciation des devises dans des pays où InVivo est fortement implanté (Brésil et Mexique en particulier)", a détaillé Thierry Blandinières, le directeur général.

UN RECUL ATTENDU L'AN PROCHAIN

Reste que l’exercice en cours, 2016/2017, devrait afficher un net retrait de l’activité à cause de la forte baisse des rendements céréaliers cet été. "Nous espérons que cette crise ne nous fasse pas reculer dans nos ambitions mais nous ralentisse seulement. Dans le meilleur des cas, nous aurons 50 % de blé en moins à exporter. Nous compenserons avec notre diversification internationale", estime Thierry Blandinières. Selon les prévisions, l’Ebitda devrait reculer à 118 millions d’euros pour l’exercice 2016/2017.

Pour répondre aux défis de compétitivité du monde agricole français, le groupe a choisi d’accélérer un certain nombre de réformes. Une centrale d’achats de massification de produits phytosanitaires post brevet a été créé en septembre. Baptisée Galaxy, elle aura pour but de négocier des produits génériques à des prix compétitifs pour les agriculteurs. Au total, le groupe dit représenter un volume d’achats de près d’un milliard d’euros de produits phytosanitaires aux fournisseurs. Il demandera des ristournes de 1 à 2 %.

Mettre un pied en Chine

Dans le même secteur, InVivo va mettre un pied en Chine. Le groupe vient de conclure un partenariat avec le groupe HVH pour la création d’une société commune à 50/50 pour produire et commercialiser des produits phytosanitaires sur place d’ici à trois ans. « Nous apportons notre savoir-faire technique et commercial et, eux assurent la production", a détaillé Laurent Martel, le directeur d’InVivo Agriculture. "Ce partenariat est pour nous une tête de pont, pour se développer sur place dans d’autres activités demain, comme la nutrition animale par exemple", a poursuivi Thierry Blandinières.

Parallèlement, le groupe a lancé un plan de transformation numérique, baptisée "InVivo Tech 2020". "Cela va nous permettre d’accélérer notre croissance", a assuré Thierry Blandinières. Ce plan s’appuiera sur deux axes : la transformation des organisations du groupe, avec l’automatisation des métiers et l’intégration de nouvelles activités, notamment de start-up. Le deuxième axe portera sur la "digitalisation des activités, pour favoriser l’émergence d’innovations et de la smart agriculture", souligne le groupe.

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS