Investissements : les Chinois tombent sous le charme de la France

La France est le deuxième pays récepteur d’investissements chinois en Europe, relève le Quotidien du Peuple. Par ailleurs, la Chine est le onzième investisseur étrangers dans l’Hexagone. Parmi les entreprises qui mettent le paquet : Huawei, quatrième équipementier de télécommunications mondial.

Partager

Les tensions politiques, notamment au sujet du Tibet, qui ont émaillé les relations franco-chinoises en 2008, n’ont pas nui au resserement des liens économiques entre les deux pays. Le très officiel Quotidien du Peuple, relève même dans son édition en ligne (le 26 mars 2010) que l’image de la Chine auprès des Français s’améliore. Selon l’organe du Parti communiste chinois, les Français manifestent de "l’admiration et de l’émerveillement" pour la croissance effrénée de l’économie chinoise.
De même, les Chinois, tout au moins les milieux d’affaires, semblent se forger une opinion très favorable de l’Hexagone, puisque la France, nous apprend le Quotidien, est le deuxième plus grand pays d’Europe pour les investissement chinois. Un constat fait à l’occasion d’une visite qu’a effectuée l’ambassadeur de France en Chine dans la province du Fujian (sud-est du pays), accompagné d’une délégation de dirigeants d’entreprises tricolores. Ce fut l’occasion, pour le diplomate, de rappeler que «la France constitue une excellente plateforme pour les investissements des entreprises étrangères.» De tels propos semblent faire écho à ceux qu’avaient tenus l’ex Premier-ministre Jean-Pierre Raffarin lors d’un déplacement en Chine à la fin de l’année dernière : « la France doit jouer le rôle de moteur dans le développement des relations entre l'Europe et la Chine. »


303 millions d’euros

Si la France est le deuxième pays du vieux continent en termes d’investissements chinois (malgré nos recherches, y compris auprès des services de l’ambassade chinoise, il nous a été impossible d’identifier le premier pays), les Chinois occupent la onzième place dans un classement établi par l’Agence française pour les investissements internationaux : celui des pays qui investissent le plus lourdement dans l’Hexagone. La Chine est le pays émergent le mieux implanté en France, l’Inde étant à la quinzième place. Le Brésil, autre puissance émergente par excellence, ne figure pas dans ce peloton de tête.
Le classement effectué par l’Agence se fonde sur les paramètres suivants : nombre de projets industriels et commerciaux par pays ainsi que nombre d’emplois créés sur le territoire français.

En 2009, les Chinois développaient 18 projets dans l’Hexagone, qui totalisaient 1139 emplois. A cela s’ajoutent 4 projets en cours menés par Hong-Kong, représentant 344 emplois. Au 31 décembre 2008, le stock des IDE (investissements directs) chinois en France s’élevait à 303 millions d’euros. Il y avait, à cette époque, un total de 70 implantations chinoises fonctionnant à plein régime en France générant 5000 emplois. (Pour ce qui est de Hong-Kong, de surcroît : 20 implantations et 3000 salariés.)

Qualité de la main d’oeuvre

L’intérêt des milieux économiques chinois pour la France est tel que l’ambassade de Chine et ses services commerciaux ont encouragé la création d’une association conjuguant les efforts des organismes publics chinois et entreprises chinoises en France : l’Association des entreprises de Chine en France compte 32 membres officiels, répartis dans des domaines très divers (banque, aéronautique, transports, télécoms, ameublement, etc.)

Les raisons de cet attrait résident selon le Quotidien du Peuple " par la qualité de la formation de sa main d’œuvre, par des mesures fiscales facilitant l’implantation des entreprises et par un réseau dense et performant de transports.»

Des arguments pro-Hegaxone que Leo Sun, directeur général de Huawei France, semble avoir fait sien : «le marché français est très dynamique et il a de véritables qualités en matière d’innovations», a-t-il confié à des journalistes. Quatrième équipementier de télécommunications mondial, Huawei a annoncé en septembre 2009 l’installation d’un centre de recherche fondamentale en Île-de-France. «La France est l’un des pays qui compte le plus grand nombre de talents et de compétences en matière de recherche et développement », justifie Leo Sun.


Malgré tout, les Chinois (comme tant d’autres) ont de quoi être effrayés par le droit français du travail. «Mes compatriotes trouvent qu’il est trop orienté vers la protection des intérêts des salariés, avec des procédures de licenciement trop longues et trop complexes», relève l’avocat Xiaoman Pang sur le site objectif-chine.com .


%%HORSTEXTE:%%
0 Commentaire

Investissements : les Chinois tombent sous le charme de la France

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS