Investissements : Bercy plaide pour une politique d'attractivité plus simple

D'ici début 2008, la ministre de l'Economie fera « le tri » dans les 130 mesures prises depuis 2002 pour attirer les investisseurs étrangers en France. Objectif : se concentrer sur quelques points phares pour soutenir encore plus l'attractivité, toujours

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Investissements : Bercy plaide pour une politique d'attractivité plus simple
Trop, c'est trop. A l'occasion de la convention annuelle de l'Agence française pour les investissements internationaux (Afii), la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, vient d'annoncer la volonté du gouvernement de recadrer la politique en faveur de l'attractivité économique du pays. Depuis 2002, elle dénombre 130 mesures prises pour attirer les investisseurs étrangers dans l'Hexagone. A priori « une bonne centaine de trop », selon la patronne de Bercy.

D'ici le début de l'année prochaine, Christine Lagarde passera donc en revue cette accumulation de textes et d'initiatives. Le Premier ministre, François Fillon, quant à lui s'entretiendra en janvier avec « un conseil stratégique de l'attractivité, composé d'une trentaine de chefs d'entreprises internationales. Objectif : inscrire au projet de loi de modernisation de l'économie de mars 2008 quelques « mesures phares » pour soutenir efficacemment les investissements directs étrangers (IDE) en France.

60 milliards d'euros en 2006

Les soutenir, plus que les relancer, puisque l'attractivité du pays s'avère bonne. Grâce à sa situation géographique centrale, ses infrastructures, et la productivité de sa main d'œuvre, l'Hexagone reste la troisième destination mondiale pour les IDE, et la première de la zone euro. Selon l'Eurostat, le pays aurait ainsi accueilli près de 60 milliards d'euros d'investissements étrangers en 2006.

Et à en croire les chiffres de l'Afii, ce serait l'Ile-de-France, le Nord Pas-de-Calais et les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur qui bénéficieraient le plus de ces apports ; le plus souvent dans les secteurs du conseil, des services aux entreprises, ou encore de l'automobile. Au total, sur l'ensemble du pays, ces IDE auraient permis la création, ou du moins le maintien, de 39 998 emplois, soit 32,7 % de plus qu'en 2005

Premiers partenaires à voir la France comme un Eldorado ? Les Etats-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Les Américains représenteraient à eux seuls près d'un quart des IDE recueillis.

Claire Bader

L'explosion des IDE dans l'Union européenne en 2006

Selon l'Eurostat, l'UE-25 aurait reçu 145 milliards d'euros d'investissements étrangers l'an passé. Soit 54 % de plus qu'en 2005. Le Royaume-Uni serait le premier bénéficiaire de ces opérations, avec plus de 110 milliards recueillis.
En retour, l'Union aurait placé 202 milliards dans le reste du monde (+ 9% sur un an), l'Espagne prenant le titre de premier investisseur.
Principal partenaire, à la fois comme investisseur et destinataire ? les Etats-Unis.
Claire Bader

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS