Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Investissement : Soitec passe au crible les pays avant de s'y implanter

Frédéric Parisot , , ,

Publié le

Pour construire une troisième usine, le fabricant de semi-conducteurs n’a pas choisi Singapour au hasard. Il a comparé différents pays à l’aide de consultants. La méthode repose sur des datas et du terrain.

Investissement : Soitec passe au crible les pays avant de s'y implanter
L’industriel a choisi Singapour à partir d’une centaine de critères.
© CeCe Canton ; D.R.

Les entreprises citées

Ce n’est pas l’histoire d’une délocalisation, mais d’une sécurisation. Historiquement, Soitec dispose de deux usines près de Grenoble pour son activité de fabrication de plaques de silicium sur isolant. Ces produits, utilisés dans les processeurs à basse consommation, font l’objet d’une demande de plus en plus forte. Surtout, les clients de Soitec, parmi lesquels figurent de grands noms de l’électronique comme Sony, AMD ou IBM, ont besoin d’être rassurés sur les risques de rupture dans la chaîne de l’approvisionnement (grève, catastrophe ou autre cas de force majeure). En 2008, le groupe, qui emploie 1 500 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 323 millions d’euros, décide de construire une troisième usine dans un autre pays. Il fait appel au cabinet Deloitte qui possède une équipe spécialisée dans la localisation d’investissements industriels.

Au vu du montant de l’investissement prévu pour cette nouvelle usine (350 millions d’euros), Soitec ne veut prendre aucun risque. D’autant que ses exigences sont spécifiques. "La production de plaques de silicium nécessite des volumes d’eau et d’électricité bien supérieurs à la plupart des industries, et nous avons besoin d’une main-d’œuvre très qualifiée", précise André-Jacques Auberton-Hervé, le PDG de Soitec. En effet, même s’il s’agit d’un site de production, l’usine doit comporter une forte proportion de techniciens, et il faut pouvoir recruter dans le pays en question des physiciens et des ingénieurs spécialistes des semi-conducteurs. Pour ces raisons, l’industriel ne cherche pas à s’implanter dans un pays à bas coûts, mais plutôt là où il pourra produire avec le même niveau de qualité qu’en France et sans risquer de perdre sa propriété intellectuelle.
 

Une matrice de décision

Les consultants de Deloitte dressent une première liste de 15 zones géographiques en fonction des critères de Soitec. "Il s’agit de pays disposant de clusters high-tech ou envisageant d’en créer dans un avenir proche", explique Olaf Babinet, le responsable du département Global expansion optimization (GEO) chez Deloitte. Cette liste est réduite à huit pays après un nouvel entretien avec le PDG de Soitec, qui indique d’autres contraintes à prendre en compte, telles que la proximité avec des fournisseurs de silicium. Les consultants de Deloitte établissent alors une matrice afin de comparer les avantages et les inconvénients de chaque pays selon une centaine de critères. Parmi ces critères, on trouve tous les aspects coûts – notamment les programmes d’aides à l’implantation propres à chaque État ou les capacités logistiques comme l’existence d’un aéroport – et des aspects hors coûts, comme les probabilités de catastrophes naturelles. "Et même certains éléments auxquels les industriels ne pensent pas toujours, tel que, par exemple, le prix du sable et du ciment dans les différents pays, qui peut faire varier de 30% le coût de construction d’un bâtiment", complète Olaf Babinet.

Mais le travail en chambre ne suffit pas, place au terrain. Suivent donc une série de visites. Accompagné du consultant, du DRH de Soitec et du directeur de la future usine, André-Jacques Auberton-Hervé passe deux jours dans chacun des huit pays. Il y rencontre les ministres de l’Industrie locaux ou leurs représentants, ainsi que d’autres industriels installés dans la région. Au final, trois sites arrivent dans le trio de tête : Austin (Texas), Dresde (Allemagne) et Singapour.

Olaf Babinet entame un processus de négociation pour obtenir plusieurs types de garanties, comme des promesses d’aménagements urbains ou des réductions de prix sur les terrains. Singapour apparaît comme la zone la plus attractive. Les autorités se sont montrées rassurantes sur la formation des techniciens et des ingénieurs. Les aides à l’installation y sont plus importantes qu’à Austin. Et la proximité avec les clients asiatiques est un argument face auquel l’Allemagne ne peut s’aligner.

"Avec cette méthode, nous avons eu l’assurance de ne négliger aucun critère et d’avoir des informations complètes et à jour, pour prendre la meilleure décision", explique le PDG de Soitec, totalement satisfait du choix de Singapour. L’industriel est même allé au-delà de ce qui avait été prévu pour ce site. "Comme les ressources techniques et humaines le permettaient, nous avons lancé une activité de R & D pour améliorer nos procédés de recyclage de plaques de silicium", se félicite-t-il. Soitec a également fait appel à Deloitte GEO pour trouver le site de sa nouvelle usine de modules photovoltaïques. Celle-ci a été inaugurée en décembre 2012 à San Diego, en Californie.

Check-list pour réussir son implantation
 

Accès et logistique

  • Présence de clients et de fournisseurs
  • Accès aux transports routier, aérien, ferroviaire et maritime

Risques

  • Risques de catastrophes naturelles
  • Infrastructures existantes ou à développer, délais d’obtention des autorisations
  • Environnement politique, sécuritaire, économique, réglementaire, juridique et social

Ressources humaines

  • Disponibilité, compétences, turn-over, présence de concurrents
  • Réglementation sociale

Immobilier et services publics

  • Accessibilité du site, conditions climatiques
  • Services publics (télécoms, électricité, carburant, eau, déchets…)

Coûts

  • Ponctuels (terrain, construction, installations, machines…)
  • Récurrents (main-d’œuvre, transport, taxes, services publics…)

Incitations

  • Ponctuelles (fiscales, immobilières, améliorations du site, formation…)
  • Récurrentes (abattements fiscaux, crédits d’impôts, droits de douane…)

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle