Electronique

Intexys développe des connecteurs optiques ultraprécis

, ,

Publié le

En s'appuyant sur des brevets du CEA-Léti, la société anticipe les futurs besoins de transmission par fibres optiques.

Intexys développe des connecteurs optiques ultraprécis

L'optoélectronique a le vent en poupe. Ce sont bien sûr les télécommunications et leurs besoins toujours croissants de capacités de transfert d'informations qui tirent la demande. «Dans deux à trois ans, les quantités de données échangées atteindront le pétabits (million de milliard de bits) par seconde dans les applications professionnelles», s'enthousiasme Jean-Charles Garcia, 46 ans, le président du directoire d'Intexys.

L'entreprise

  • Siège L'Union (Haute-Garonne)
  • Création Mars 2002
  • Dirigeant Jean-Charles Garcia
  • Statut SA
  • Capital 320923 euros
  • Actionnaires BNP Private Equity, UFG PE, Irdi, LC Capital, Emertec, Rhône-Alpes Création et CEA Valorisation
  • Chiffre d'affaires Non significatif
  • Effectif 22 personnes
C'est pour répondre aux exigences de ces marchés que ce docteuringénieur en microélectronique a créé sa société, en 2002. Elle concevra et fabriquera des connecteurs optiques. Mais pour démarrer son activité, il lui a fallu attendre la fin 2003 et un premier tour d'amorçage qui lui a permis de réunir 1,2 million d'euros. La raison de ce retard? L'industrie des télécommunications tardait à se relever de la crise qui venait de la frapper. «Les analyses de marché étaient bonnes et sont toujours d'actualité.

C'était seulement le «time-to-market» qui n'était pas bon», explique Jean-Charles Garcia. La crise a ralenti les développements des nouvelles technologies, notamment optiques, mais ne les a pas empêchés. Et c'est dans le portefeuille de brevets du CEA-Léti de Grenoble que la jeune pousse est allée trouver les licences qu'elle exploite.

D'autant plus naturellement qu'un des cofondateurs, Régis Hamelin, est lui-même issu de ce laboratoire de recherches. «Notre volonté n'est pas de développer des technologies mais d'utiliser celles qui existent afin de concevoir des produits», explique Jean-Charles Garcia.

Continuer à innover

L'innovation

  • Intexys développe des connecteurs optiques. Constitués de microbilles métalliques, ils assurent un positionnement très précis (moins de 0,15 micromètre d'erreur sur chacun des trois axes). Les problèmes de positionnement, qui sont un frein aux performances des systèmes opto-électroniques, sont ainsi éliminés.
  • Afin de passer à des productions de gros volumes, les connecteurs ne sont plus assemblés individuellement sur chaque puce électronique qui sert à la transmission, mais directement sur la plaquette de silicium ou de quartz, sur laquelle sont produites une série de puces.
Les premiers d'entre eux sont des connecteurs optoélectroniques ultraprécis. Ils assurent la continuité des liaisons optiques entre les éléments de traitement ou d'acheminement des données, comme les supercalculateurs ou les centres de brassage pour les télécommunications. Au-delà de ces applications professionnelles, Intexys vise les marchés du grand public.

«Dans trois à quatre ans, il faudra interconnecter les différents processeurs qui se multiplient dans les PC et les consoles de jeux. Des connecteurs optiques seront alors nécessaires», assure Jean-Charles Garcia. Afin d'être prêts au démarrage de ces marchés, Intexys a consacré l'année 2006 à installer les éléments nécessaires à sa stratégie. En juillet, un second tour de table a permis de réunir 5 millions d'euros. «Nous avons mis en place nos propres outils de production», explique le président. Ses équipes continuent aussi leurs collaborations avec celles du Léti, au sein d'un laboratoire commun.

Le tout est accompagné d'une politique volontariste de dépôt de brevets, récompensée en fin d'année par le trophée Midi-Pyrénées de l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle). «Nous voulons continuer à innover, afin de conserver un à deux coups d'avance», se félicite Jean-Charles Garcia. Il estime que le chiffre d'affaires d'Intexys pour 2007 devrait être «significatif», en restant discret sur son montant. En revanche, il en est certain, la société devrait atteindre l'équilibre en 2008.

Jean-Pierre Vernay

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte