Interxion investit dans un deuxième datacenter

Interxion poursuit son développement à Marseille (Bouches-du-Rhône). Après un premier datacenter en 2015, le groupe investit 70 millions d'euros dans un deuxième site dans l'enceinte portuaire de la ville et a réservé un troisième bâtiment pour le futur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Interxion investit dans un deuxième datacenter
Images du projet MRS2, le deuxième datacenter installé par Interxion à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Jeudi 29 juin, Interxion a posé la première pierre d'un deuxième data center, situé dans l'enceinte du Port de Marseille, dans un ancien hangar de réparation navale de Fouré Lagadec, inoccupé depuis 1995. L'investissement s'élève à 70 millions d'euros. "Microsoft, Amazon, Tweeter, Yahoo positionnent déjà leurs équipements dans nos datacenters. Nous leur donnons la possibilité de regarder au-delà de la Méditerranée. Marseille devient un hub numérique d'envergure mondiale", assure Fabrice Coquio, le président d'Interxion France.

David Ruberg, président d'Interxion Groupe, le reconnaît : c'est Fabrice Coquio qui a eu la vision en 2011 que le futur des datacenters ne se construirait pas qu'à Paris, Londres, Amsterdam ou Francfort. Pour lui, il fallait se positionner à Marseille, nœud de treize câbles sous-marins internationaux de télécommunications vers l'Europe du Sud, l'Afrique, l'Asie, le Moyen-Orient, pour anticiper l'expansion de ces zones dans la téléphonie mobile, l'internet et le cloud. David Ruberg l'a cru et lui a donné les moyens de le démontrer. En 2014-2015, Interxion investissait 48 millions d'euros dans un premier datacenter de 5 700 m² à Marseille (Bouches-du-Rhône), racheté à SFR et complètement restructuré.

Aménagements programmés

Le projet MRS2 est réalisé en partenariat avec Schneider Electric qui a déjà implanté des modules sur le site. "Le premier de 70 m² a été fabriqué en deux mois parce qu'Interxion en avait besoin rapidement pour un client. C'est un record, explique Jean-Baptiste Plagne, vice-président IT de Schneider France. Outre la particularité architecturale du bâtiment à l'intérieur duquel un étage va être aménagé, sa force tient à la possibilité de le connecter directement aux câbles sous-marins." Le deuxième module, opérationnel en août prochain, est de 100 m², avec 50 m² de locaux techniques. Interxion espère avoir équipé "MRS2" au printemps 2018. Le refroidissement des installations s'opèrera par une solution de "free cooling", l'air extérieur venant refroidir le circuit d'eau.

Cap Ingelec, société indépendante d'ingénierie qui se déploie sur l'Europe du Sud et l'Afrique (elle a collaboré avec Orange sur des datacenters au Cameroun et en Côte d'Ivoire), est le troisième partenaire du projet. "Nous aménagerons le bâtiment au fur et à mesure des marchés conquis par Interxion, avec la réactivité nécessaire à ce métier, explique Olivier Labbé, directeur général adjoint de Cap Ingelec et directeur général de Cap DC, filiale data centers du groupe. Nous devrons procéder à des travaux sur les voûtes de toiture pour les équipements techniques mais sans altérer la configuration architecturale du lieu." La filiale du groupe Fayat, Cari, est associée aux travaux.

Pour chaque entreprise, la réussite de MRS 2 peut engendrer dans la foulée un autre marché : Interxion a déjà signé l'amodiation par le Port de Marseille d'une ancienne base de sous-marins allemands, Martha, aménagée durant la deuxième guerre mondiale (9 000 m² de bâtiments et terre-pleins). Elle est appelée à devenir son MRS 3 si Fabrice Coquio et ses équipes continuent de prouver que Marseille est définitivement "a special place", comme l'a confié David Ruberg. MRS 2 et MRS 3 devraient représenter un investissement global de 180 millions d'euros.

Jean-Christophe Barla

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    ORANGE
ARTICLES LES PLUS LUS