Electronique

Intersyndicale Alcatel-Lucent : après la grève, le droit d'alerte

, , ,

Publié le

A l’occasion du premier CCE du plan de restructuration concernant Alcatel-Lucent France, l’intersyndicale appelle à la grève. Elle déclenchera aussi un droit d’alerte le 20 décembre suite aux rumeurs de négociation d’un prêt avec Goldman Sachs.

Intersyndicale Alcatel-Lucent : après la grève, le droit d'alerte

Ce 13 décembre 2012, se tiendra toute la journée à Vélizy (Yvelines) le premier CCE dans le cadre de la procédure du plan de restructuration d’Alcatel-Lucent France.  Cette réunion a pour but le passage en revue des livres I et II du plan, c’est-à-dire les justifications économiques du plan et les mesures d’accompagnement proposées.

A cette occasion, l’intersyndicale membre du CCE (CFDT, CFE-CGC, CGT) appelle les salariés Alcatel-Lucent France à la grève. "Les mouvements sont laissés à l’initiative des sections syndicales locales, explique François Schmetz, représentant CFE-CGC suppléant Alcatel-Lucent France. A Lannion, nous avons prévu un blocage du site."

A Vélizy, comme l’explique Philippe Vincent, "en fin de matinée, nous avons prévu une assemblée générale des salariés pour les informer du contenu de la réunion. Et pour éventuellement décider d’une grève ou d’autres actions."  Le site de Vélizy (2 400 personnes) où se tient la réunion est le plus touché en France puisque le plan prévoit sa fermeture. Le 6 décembre, à l’occasion d’une réunion de la direction sur l’impact européen du plan, 1 200 salariés avaient déjà manifesté devant le siège d’Alcatel-Lucent (Paris 8e) selon les syndicats.

Les élus ont par ailleurs demandé la tenue d’un CCE extraordinaire le 20 décembre prochain afin de déclencher un droit d’alerte. Ils vont interpeller la direction sur la situation financière de l’entreprise et les rumeurs récentes de négociation d’un prêt d'1 milliard d'euros, en négociation à la banque d’investissement américaine Goldman Sachs en échange de la mise en gage de certains actifs.  "Nous voulons déclencher un droit d’alerte économique car nous voyons dans ces négociations avec Goldman Sachs, un mode panique inquiétant de la part de nos dirigeants,  explique Hervé Lassalle, délégué syndical central CFDT Alcatel-Lucent France. Nous voulons des informations précises sur la trésorerie. Et si les réponses ne nous conviennent pas, cela peut aller jusqu’au juridique."

Le  19 décembre, l’intersyndicale Alcatel-Lucent sera par ailleurs de nouveau reçue par le cabinet d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif afin de l’interpeller une nouvelle fois sur "la mise en place d’une forme de protectionnisme européen, le soutien de l’état au déploiement de la 4G, etc." explique François Schmetz.

Emmanuelle Delsol

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte