Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Intéressé par un robot collaboratif ? Le gouvernement sort un guide de prévention

Marion Garreau

Publié le

Alors que la robotique collaborative intéresse de plus en plus d’industriels, le ministère du Travail a publié un guide de prévention. Au menu : rappel des normes, décryptage des risques à prendre en considération et retour sur un cas d’application.

Intéressé par un robot collaboratif ? Le gouvernement sort un guide de prévention

Dans l’usine du futur – qui est déjà une réalité – le robot n’est plus enfermé en cage mais intégré à l’espace de travail humain et réalise des tâches complémentaires à celles de l’opérateur. Une robotique collaborative qui n’est pas sans questionner la sécurité. Pour aider les fabricants et les utilisateurs à y voir plus clair, le ministère du Travail vient de publier un Guide de prévention pour la mise en œuvre des applications collaboratives robotisées.

Ce document de cinquante pages* rappelle les normes en vigueur et présente le cadre réglementaire dans lequel s’inscrit l’installation d'un robot collaboratif, dit aussi cobot. Le ministère du Travail insiste notamment sur les phases d‘analyse des besoins et des risques, et sur le fait que ces analyses doivent être reconduites au cas où les applications de la cellule robotisée évoluent dans le temps. Et de souligner l’existence de trois types de risques :

  • les risques liés au fonctionnement : surchauffe, modification d’une trajectoire ou lâcher de charge manipulée en marche normale ; perte de contrôle en cas de défaillance matérielle ou logicielle par exemple.
  • les risques liés au poste de travail : atteintes à la sécurité des personnes suite à un contact physique entre la machine et l’homme ou à une projection ; les nuisances altérant la santé comme le bruit ou la production de substances toxiques.
  • les risques liés à l’environnement du poste de travail : les conditions d’installation telles les interférences ou les obstacles liés aux locaux de travail, la coactivité avec d’autres machines, la circulation des personnes et des équipements mobiles, etc.

Le guide liste les responsabilités juridiques et les obligations règlementaires des trois acteurs impliqués, à savoir le fabricant du robot, l’intégrateur et l’employeur. Puis revoit toutes ces considérations à travers l’exemple d’une application collaborative robotisée installée pour l’assemblage de différents composants d’un boitier électronique. Un manuel qui pose les bases réglementaire à l'heure où les industriels réalisent que l'implantation d'une celulle robotisée est aussi affaire de psychologie sociale.

 

Guide de prevention pour la robotique collaborative by marion on Scribd

 

* Ce guide a été élaboré en collaboration avec les organismes de prévention (INRS, Eurogip), ceux d’inspection, les organisations professionnelles (FIM, Symop, Coprec), plusieurs experts industriels (fabricants, intégrateurs et utilisateurs), le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) et un bureau de normalisation (UNM).

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus