Intelligence collective : Dassault Systèmes se rapproche de Bluekiwi Software

L'éditeur français vient de prendre une participation minoritaire dans Bluekiwi Software, une jeune pousse spécialisée dans les réseaux sociaux d'entreprise. Ensemble, ils entendent proposer très prochainement de nouvelles solutions collaboratives pour la gestion du cycle de vie des produits en mode « 2.0 » (le PLM 2.0).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Intelligence collective : Dassault Systèmes se rapproche de Bluekiwi Software
Bernard Charlès Directeur général de Dassault Systèmes

A chacun sa méthode et ses partenaires mais les objectifs sont les mêmes : s'appuyer sur les nouveaux outils collaboratifs du « Web 2.0 » pour mieux connecter les consommateurs, les collaborateurs et les entreprises. Et accélérer ainsi les cycles de conception de nouveaux produits. Contrairement à PTC (dont l'offre Windchill ProductPoint de partage de données CAO repose sur le moteur de travail collaboratif et de création d'intranets Microsoft Sharepoint), Dassault Systèmes vient de faire le choix d'une alliance avec un « pure player » français pour bâtir une nouvelle offre de collaboration s'appuyant sur les réseaux sociaux.

L'heureux élu, dont les solutions sont déjà utilisées en interne par Dassault Systèmes, se nomme Bluekiwi Software. Créé en 2006, il vient de lever 4,7 millions d'euros pour son développement auprès de plusieurs investisseurs, dont Dassault Systèmes (à hauteur de 3 millions d'euros) et le fonds Sofinnova Partners, qui a déjà injecté 4 millions d'euros dans Bluekiwi en 2007.

Le 2.0 en renfort des outils de conception

Pourquoi Bluekiwi ? « De plus en plus, les consommateurs sont et seront étroitement liés aux fournisseurs », justifie Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, avant de préciser que « le contexte économique actuel » offre une raison de plus aux entreprises de chercher « à collecter les informations d'une manière nouvelle afin de concevoir plus efficacement leurs produits ». Il faut, estime-t-il, « connecter et faire interagir les acteurs d'une façon innovante ». Même son de cloche du côté de Carlos Diaz, PDG de Bluekiwi Software, qui se targue de faire progresser, via cet accord, sa force de vente « de 5 à 2 000 commerciaux » (l'offre Bluekiwi sera distribuée par Dassault Systèmes à l'international).

De nouvelles offres à venir

Les deux éditeurs, qui intégreront très prochainement leurs offres, restent pour l'instant assez discrets sur leur stratégie visant à « relier » leurs deux mondes de la CAO et des réseaux sociaux via de nouveaux services en ligne. « Il ne s'agit pas de rajouter une couche sociale à la plate-forme de PLM de Dassault Systèmes ou de créer une extension d'Enovia », affirme Carlos Diaz, tout en soulignant que le 2.0 n'a d'avenir en entreprise que « s'il se greffe à une application et à des usages professionnels ».

Une chose est sûre, la nouvelle alliance les amènera inévitablement à marcher sur les plates-bandes de Microsoft. Reste donc à voir ce qu'il adviendra de leurs alliances respectives avec cet éditeur, qui a lui aussi apporté son soutien à Bluekiwi (dans le cadre de son programme Idees de soutien aux start-ups). La jeune pousse – qui ouvrira prochainement des bureaux à Boston et à San Francisco – se défend d'avoir coupé les ponts. « Nous avons un mode de développement ouvert [et nous proposons] des interfaces de programmation avec Sharepoint ou Lotus Notes », signale Carlos Diaz. La différence avec d'autres ? « Nous ne voulons pas proposer une plate-forme généraliste et aller affronter des Oracle ou des IBM. Ce n'est pas notre ambition. Nous restons sur les applicatifs. » Et focalisés sur le « social software ».

Christophe Dutheil

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS