Intelligence artificielle : La France est-elle la puissance mondiale qu’elle croit être ?

Le 20 janvier, Thierry Mandon et Axelle Lemaire ont lancé l’initiative #FranceIA, qui vise à établir, avant les élections, une stratégie nationale en intelligence artificielle. Première étape : dresser un bilan des forces, besoins et faiblesses. Les chercheurs, entreprises et start-up, organisés en sept groupes de travail, ont deux mois pour rendre leur copie. Ces documents serviront à élaborer une synthèse déterminant la stratégie pour valoriser la France comme la puissance mondiale qu'elle pense être dans ce domaine. Toutes les contributions sont les bienvenues.

Partager
Intelligence artificielle : La France est-elle la puissance mondiale qu’elle croit être ?
Louis Schweitzer, Thierry Mandon et Axelle Lemaire au lancement de #FranceIA le 20 janvier à Agoranov.

Dans une opération « commando » de deux mois, Thierry Mandon et Axelle Lemaire ont invité, le 20 janvier 2017, tous les acteurs publics et privés liés à l’intelligence artificielle en France à compter leurs forces. Objectif officiel du plan des deux frondeurs numériques du gouvernement (qui lancent cette opération en marge du gouvernement) : établir une stratégie nationale de l’intelligence artificielle, baptisée FranceIA, pour permettre à la France de prendre une place de leader dans la production de robots logiciels intelligents. « À partir du moment où l’intelligence artificielle pose des questions éthiques et sociétales, il vaut mieux être un pays producteur. Sauf à vouloir être uniquement un pays consommateur de ces technologies », fait valoir Axelle Lemaire, secrétaire d’État en charge du numérique et de l’innovation.

L’objectif réel, dans le contexte électoral actuel - les deux secrétaires d’états agitateurs savent qu’ils ont peu de chance d’être là pour mettre en place ladite stratégie - : faire du bruit, déclencher une prise de conscience… pour que le futur gouvernement ne puisse pas passer à côté du sujet. Sachant que l’IA et ses conséquences ne figurent dans aucun des programmes des candidats.

Le même pouvoir disruptif qu’Internet

L’intelligence artificielle a en effet le même pouvoir disruptif aujourd’hui qu’Internet hier. Ou presque. Car c’est la robotisation du travail à tous les niveaux (et pas seulement à l’usine) que ces technologies de reconnaissance d’images, de sons, d’émotions et d’auto-apprentissage des machines, portent en elles. Ces robots logiciels vont remplacer le travail (sans parler de l’idée même de salariat) … des hommes et des femmes. Et pas dans 20 ans. Demain. Les premiers taxis robots roulent déjà ! Les logiciels d’intelligence artificielle vont dévorer le monde !

Dans cette révolution, forte de son exceptionnelle école de mathématique et de sa recherche publique (Inria, CEA…), la France a sa carte à jouer. Elle aurait même le potentiel d’en prendre le contrôle en prenant un leadership sur la production de ces intelligences artificielles, veut croire Axelle Lemaire. C’est même une nécessité si la France veut imposer d'indispensables règles éthiques encadrant l’usage de ces technologies. « La France a le vent en poupe en matière d’intelligence artificielle, a soutenu Axelle Lemaire. Sur les six derniers mois, on a vu au sein de la French Tech la création d’un groupe FranceIA, on a vu l’Académie des sciences se saisir de ces enjeux, on a lu le livre blanc de l’Inria, on a vu la création d’un fonds dédié de Serena Capital dans le financement des projets d’entreprises liés à l’Intelligence artificielle. Les initiatives se multiplient dans tous les sens, il nous appartient de nous inscrire dans ce mouvement. » Il s’agit surtout de ne pas rejouer le scénario d’Internet. Alors qu’un génial français voyait ses travaux sur les réseaux décentralisés écartés au profit du Minitel, les États-Unis développaient Internet !

Un enjeu politique majeur

De fait, pour l’instant, les investissements massifs en R&D pour l’IA restent américains. Et c’est encore logiquement de ce côté de l’Atlantique que se soulèvent les inquiétudes et les questions éthiques. « C’est même Barack Obama qui a inspiré cette initiative, reconnaît Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique et à l’innovation. Lorsque l’on a lu le rapport de la Maison blanche sur l’intelligence artificielle, lorsque l’on a vu comme les questions étaient bien posées, et à quel point les responsables politiques avaient une responsabilité à se saisir de ces enjeux tant ils vont radicalement bouleverser tous les fonctionnements sociétaux et économiques de notre monde, on se dit que l’on doit être reconnaissants envers Barack Obama, d’avoir sans doute pas eu l’intelligence de comprendre seul ces enjeux, mais de s’être bien entouré. » Et c’est tout l’enjeu de FranceIA, que de bien entourer les décideurs pour les aider à fabriquer, avec une méthode innovante, les politiques publiques adéquates.

Nouvelle fabrique des politiques publiques

« On n’appellera pas ça stratégie nationale, on appellera ça FranceIA », note Axelle Lemaire. On veut faire émerger une communauté française qui parvienne à collaborer directement les chercheurs les plus en pointe, et ils sont des milliers, avec les start-up et avec les grands groupes industriels. C’est ça l’enjeu, et aussi de mobilier les financements dans cette direction. » Pour l’instant, pas de fléchage budgétaire spécifique, mais la présence de Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement, lors du lancement de #FranceIA et membre de son comité d’orientation, en dit long sur le rôle que les Programme d‘investissement d’avenir pourra jouer sur le terrain.

C’est bien sur le terrain, en effet, que l’avenir de FranceIA va se jouer. « Ce que l’on fait, très immodestement, est une grande innovation dans la manière de bâtir des politiques publiques. C’est une vision nouvelle de ce que doit être ce que j’appelle la puissance publique augmentée », explique Thierry Mandon, secrétaire d’état en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche. Plutôt que de définir un grand plan décidé d'en haut par l’État, « on s’adresse à une communauté, qu’on encourage à se structurer, l’État ne définissant que les grands enjeux et une vision stratégique. On passe d’un État tutélaire à un État propulsif ». Même si FranceIA ne débouche pas sur le grand élan national voulu, la méthode aura au moins mis une nouvelle fois en avant une certaine intelligence politique made in France, bien réelle celle-ci.

Les 4 thèmes des groupes travail de FranceIA
- Cartographier les forces
- Orienter la recherche et développer les compétences
- Industrialiser et transférer les technologies de l’IA vers les différents secteurs économiques
- Préparer un cadre tenant compte des considérations macroéconomiques, sociales, éthiques, de souveraineté et de sécurité nationale

 

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

92 - Vaucresson

Exploitation, gestion et entretien de deux établissements d'accueil du jeune enfant de la Croix Blanche et Jardy

DATE DE REPONSE 11/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS