Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Intel fait le pari de la voiture autonome en rachetant l’israélien Mobileye

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Le numéro un mondial des semiconducteurs Intel rachète Mobileye, spécialiste israélien de la vision artificielle dédiée à l’automobile. Une acquisition à 15,3 milliards de dollars qui le propulse dans le futur marché de la voiture autonome mais qui risque d’avoir un impact négatif sur STMicroelectronics.

Intel fait le pari de la voiture autonome en rachetant l’israélien Mobileye
La voiture autonome, un axe stratégique de diversification pour Intel
© Mobileye

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Encore une méga acquisition pour Intel. Du moins par le montant. Après avoir avalé en décembre 2015 le fournisseur de circuits logiques programmables Altera pour 16,7 milliards de dollars, le numéro un mondial des semiconducteurs a conclu un accord pour absorber Mobileye, spécialiste israélien de la vision artificielle dédiée à l’automobile. La transaction se monte à 15,3 milliards de dollars. Elle devrait être finalisée à la fin de 2017.  

L'automobile, enjeu d'une grande bataille dans les semiconducteurs

Fondé en 1999 à Jérusalem, Mobileye développe des solutions de traitement d’image, d’intelligence artificielle, d’analyse de données, de localisation et de cartographie qui donnent une vision artificielle de l’environnement de la voiture pour des fonctions avancées d’aide à la conduite ou de conduite autonome. En rendant possible la conduite autonome, ses technologies ont le potentiel de révolutionner l’automobile. Sa puce EyeQ et ses algorithmes interprètent le champ visuel de façon à anticiper toute collision potentielle avec des véhicules, des piétons, des animaux, des débris ou tout autre  obstacle sur la route. La société emploie 660 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 358,2 millions de dollars en 2016, en bond de 48,7%. Depuis 2 ans, elle est rentable avec un bénéfice net de 68 millions de dollars en 2015 et 108,4 millions de dollars en 2016.

Avec les développements de la conduite assistée et des véhicules autonomes, l’automobile devient l’enjeu d’une grande bataille entre les fournisseurs de semiconducteurs. C’est pour prendre plus facilement pieds sur ce marché estimé à 70 milliards de dollars à l’horizon de 2030 par Intel que Qualcomm a décidé de racheter NXP au prix vertigineux de 47 milliards de dollars. Le rachat de Mobileye par Intel apparait comme une riposte naturelle à cette manœuvre.

Axe clé de diversification pour Intel

Le groupe de Brian Krzanich fait de l’automobile l’un des axes stratégiques de diversification au-delà des PC, qui constituent encore son principal débouché mais qui sont en déclin ininterrompu depuis 5 ans. Il dispose déjà de nombreux produits pour les voitures allant des processeurs de traitement générique aux modems cellulaires, en passant par les circuits logiques programmables, les mémoires non volatiles ou les circuits de connectivité sans fil. Mobileye lui apporte un maillon complémentaire essentiel aux fonctions d’aide à la conduite et de voiture autonome. Son positionnement en fait d’ailleurs le partenaire clé de nombreux constructeurs automobiles dont General Motors, KIA Motors, Nissan, Audi, BMW, Ford, Volvo, Crysler, Hyandai, Renault ou PSA.

Intel et Mobileye collaborent déjà ensemble dans la voiture autonome avec certains constructeurs automobiles, dont BMW. En rachetant son partenaire, le groupe américain se donne les moyens d’accélérer son offensive dans l’automobile et de se confronter à des concurrents comme Qualcomm ou Nvidia, qui affichent de grandes ambitions sur ce marché. Pour le leader mondial des puces, c’est aussi l’opportunité de conforter sa stratégie de recentrage sur les datacenters. Le développement de la voiture autonome accroit en effet le besoin de traitement dans les centres des données, offrant un marché supplémentaire de 30 milliards de dollars en 2030 aux fournisseurs de puces sur ce segment.

Production de la puce chez STMicroelectronics menacée

Mais cette opération risque d’avoir un impact négatif sur STMicroelectronics. Mobileye propose sa technologie de vision artificielle sous la forme d’un processeur d’image au nom EyeQ. La société en est à la troisième génération de ce composant livré déjà 16 millions d’exemplaires. La version EyeQ3 est fabriquée par STMicroelectronics, tout comme le seront les deux prochaines générations EyeQ4 et EyeQ5, dont la production de masse est prévue respectivement en 2018 et 2020. C’est du moins ce qui est prévu par l’accord entre les deux parties. Intel promet de respecter les termes de ce partenariat. Mais après, il a toutes les chances de rapatrier la fabrication dans ses propres usines. C’est aussi l’intérêt recherché par cette acquisition.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle