Instagram, Facebook, Linkedin : pourquoi ils valent des milliards

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Instagram, Facebook, Linkedin : pourquoi ils valent des milliards

Le saviez-vous ? Partager des photos de piètre qualité au format carré sur Internet, cela vaut 1 milliard de dollars. C'est en tout cas la somme que Facebook a accepté de débourser pour s'offrir Instagram, le réseau social photographique aux 30 millions d'amis. Étonnant ? Pas vraiment car c'est bien pour ses fans que le célèbre réseau social a décidé de s’offrir sur cette start-up créée il y a seulement 18 mois. Bien plus que la technologie ou le service, c'est cette audience que le réseau de Mark Zuckerberg a décidé de valoriser 1 milliard de dollars…

L’audience, c’est d’ailleurs le fonds de commerce des nouvelles pépites du Web. Ce ne sont pas les bons vieux clients des sites d’e-commerce mais les utilisateurs qui font désormais la valeur des entreprises dotcom. Lorsque la bourse valorise Linkedin 8,9 milliards de dollars ou Zynga pour 1 milliard, lorsque Viadeo lèvent 24 millions d’euros, ce sont les joueurs (Zynga édite farmville), les amis (facebook), les followers (twitter), les « instagramers » (instagram), les contacts (de Linkedin ou Viadeo) que les marchés achètent. Le chiffre d'affaires, le bon vieux business-modèle n'arrivent qu’en rang 2 dans les critères de discernement.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’approche est intéressante mais elle n’exonère pas de se poser la question de la richesse, de la rentabilité que peuvent générer ces sites. Aujourd'hui, la publicité demeure leur principale source de revenus mais elle ne pèse pas lourd face aux valorisations boursières. Facebook réalise à peine 4 milliards de dollars de revenus mais pèserait près de 100 milliards en bourse. Linkedin, lui, a été valorisé 40 fois son chiffre d’affaires… Ce décalage ne pourra durer indéfiniment. Tôt ou tard, les investisseurs exigeront un retour sur leur investissement. S'il demeure important de préserver le côté sympa d'un site, ces grands groupes doivent inventer une nouvelle manière de valoriser leur audience… Faute de quoi, on pourrait voir une nouvelle bulle éclatée…

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS