Innovation : Vive le foisonnement !

On aurait tort de snober la nouvelle politique industrielle, sous prétexte que le foisonnement des initiatives ne débouche pas tout de suite sur un magnifique jardin à la française, articulant les projets les uns aux autres dans un bel ordonnancement.

Partager

Deux bonnes nouvelles pour l'innovation. Primo, l'examen en cours des 105 candidatures aux pôles de compétitivité semble indiquer que la qualité est au rendez vous. Une bonne demi-douzaine de projets présentés par les régions répondraient aux critères du départ. Et le Gouvernement de se féliciter qu'une consultation menée dans un délai de quelques mois ait suscité un tel mouvement d'intérêt (et une telle application) de la part des industriels, des collectivités locales et des organismes de recherche. Deuxième bonne nouvelle : le groupe de travail franco-allemand de coopération économique, mis en place en octobre dernier, a adopté quatre programmes de haute technologie que des consortiums d'entreprises et de centres de recherche, issus des deux pays, sont prêts à mettre sur les rails : réseaux multimedia du futur, expansion de la téléphonie mobile et des terminaux multimedia, imagerie moléculaire à très hauts champs. Et l'on devrait bouder son plaisir ?
Sous prétexte que le foisonnement des initiatives ne débouche pas illico presto sur un magnifique jardin à la française, articulant les projets les uns aux autres dans un bel ordonnancement, il est de bon ton de jouer les Cassandre. Certes, en faisant tache d'huile dans les territoires et en Europe, la nouvelle politique industrielle souhaitée par la France, avec la complicité de l'Allemagne et la bénédiction de la Commission, risque de poser un problème de coordination entre les différents niveaux d'intervention et les différentes institutions créées pour relancer la recherche et l'innovation. On l'a d'ailleurs plusieurs fois pointé dans ces colonnes.
De fait, il y a dans la complexe tuyauterie qui se met en place, un danger de dilution des financements et des responsabilités. Prenons l'exemple de l'imagerie moléculaire. Ce projet d'optique de pointe, qui vise à mettre au point des équipements pour détecter des maladies en analysant les tissus de la peau, a, comme on le sait, été retenu dans le cadre de la coopération franco-allemande. Mais, dans l'Hexagone, le Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) l'avait déjà identifié comme l'une des technologies à promouvoir. Et sur les 32 millions d'euros de financement dont bénéficiera, dans ce cadre, la plate-forme Imagen (CEA, Inserm), 19,1 millions proviendront de la nouvelle Agence nationale de la recherche. De surcroît, le CSIS a indiqué que cette plate-forme pourrait également s'inscrire dans le cadre d'un pôle de compétitivité. Il ne manquerait plus que la future Agence de l'innovation industrielle ne s'empare à son tour du projet, pour que le tour complet des nouveaux dispositifs soit bouclé !
" Gare au tiraillement entre les nouvelles agences ! Attention à ne pas saupoudrer ! ", alertent les bonnes âmes. " Il manque un maître d'ouvrage qui chapeaute le tout, s'inquiètent-elles. Il faut avoir une cohérence d'ensemble en France et en Europe, partir d'une politique industrielle, exprimer des besoins, donner la maîtrise d'ouvrage et, enfin, financer les projets " Fort bien ! Mais à vouloir tout raisonner dans le cadre d'un modèle jacobin où l'Etat joue les architectes, on risque de se figer dans une posture surannée. Les projets de haute technologie relèvent de compétences pointues et multiformes. La nouvelle politique industrielle s'appuie sur de multiples acteurs (industriels, centres de recherche, établissements de formation) au niveau régional, national et européen. Il faut donc admettre une part de foisonnement et de complexité. Et accepter de se projeter dans une logique multilatérale. Ce qui est vrai pour les grands chantiers d'innovation, l'est tout autant pour la construction européenne.
Par Jean-Louis Marrou, rédacteur en chef

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS