Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Innotrans, la foire aux innovations pour une mobilité durable

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Le salon Innotrans, qui se déroule à Berlin du 18 au 21 septembre, est l’occasion pour les industriels du ferroviaire de dévoiler leurs innovations. Avec un thème dominant : rendre le transport ferroviaire encore plus propre et moins énergivore.

Innotrans, la foire aux innovations pour une mobilité durable
Le nouveau métro chinois arrive à Berlin.
© O.C.

A Berlin, l’été indien est au rendez-vous. Entre les halls, les derniers trains sont exposés à l’extérieur. Les Russes et les Italiens continuent à vendre les charmes de leurs locomotives avec des hôtesses lourdement maquillées, mais celui qui retient toute l’attention, c’est le métro CRRC (China Railway Rolling Stock Corporation). L’ogre chinois qui fait peur aux Européens a ménagé le suspens, mardi 18 septembre, pour le premier jour d’Innotrans à la Messe de Berlin.

Et ce n’est qu’en tout début d’après-midi qu’il a dévoilé les charmes de sa nouvelle rame devant une foule intriguée, faisant crépiter les appareils photo. L’immense tissu orange qui recouvrait le métro s’est effacé pour faire apparaître Cetrovo, une rame en fibre de carbone, 13 % plus légère que les rames existantes, qui sont en acier ou aluminium. Et donc moins consommatrice d’énergie.

 

Alstom sur tous les fronts

Mais les Européens ne sont pas en reste. A commencer par notre champion national Alstom, qui a bénéficié 24 heures avant le début du salon de la mise en service commerciale des premières rames Coradia iLint  propulsées à l’hydrogène entre Bremerhaven et Cuxhaven en Basse-Saxe.

Il annonçait le même jour travailler avec la SNCF sur une motorisation hybride sur le même principe que la Prius de Toyota: rouler en ville jusqu’à 50 km/h avec les batteries, puis passer au diesel. Un projet destiné aux petites lignes non électrifiées. Les deux protagonistes avancent une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 20%.

Le spécialiste de la location et de la gestion de flottes de trains, Alpha Trains et l'industriel Rolls Royce ont annoncé avoir signé une lettre d'intention à Innotrans, ce jeudi 20 septembre, pour un projet de conversion de trains diesel en trains hybrides. Et comme Alstom et la SNCF, ils proposent de transformer la flotte existante. Alpha Trains prévoit la reconversion de l’ensemble de sa flotte diesel existante en Allemagne, soit plus de 140 trains. En Allemagne, 38 % du réseau (en km) n'est pas électrifié, contre 41% en France. Dans l'Hexagone,  ce sont pour l’essentiel les lignes les moins circulées.

 

Bombardier offensif

Chez le Canadien Bombardier, dont l’activité transport est largement européenne, la solution pour ces lignes passe par le train à batteries, présenté mercredi 19 septembre à la presse. "Le rendement de l’hydrogène compressé ne dépasse pas 50 %, pour les batteries il atteint 80%, indique à l’Usine Nouvelle, Benoit Gachet, directeur marketing chez Bombardier pour défendre sa solution. Pour l’hydrogène, ce n’est pas le ferroviaire - qui consomme 500 moteurs diesel par an - qui décidera de son avenir, mais la route avec 50 000 moteurs pour les bus et cars et 500 000 moteurs pour les camions en Europe." Des arguments très offensifs pour mettre en avant la nouvelle technologie de Bombardier...

La solution présentée est donc un train allemand Talent 3 équipé de batteries pour une puissance de 500 kW/h et une autonomie de 40 kilomètres. Ce qui permet de n’électrifier que partiellement une ligne, afin que le train se recharge sur le mode du biberonage appliqué aux tramways. Et Benoit Gachet entrevoit un potentiel de près de 500 train AGC à convertir en France. Il assure que l’on pourrait doubler les batteries sur les TER pour obtenir 80 kilomètres d’autonomie.

 

La mode est aux économies d’énergie

Sur la très grande vitesse, la mode est également à la réduction des consommations. La SNCF a passé au début de l’été commande de 100 rames de TGV 2020, rebaptisé Avelia Horizon, qui seront livrées à partir de 2023. "La course à la vitesse n’est pas l’enjeu du moment, a tenu à préciser Jean-Marc Tessier, directeur du programme TGV 2020. C’est de baisser le coût complet à la place avec 20% de consommation d’énergie en moins et 20 % de places supplémentaires."

Mais la réduction de la consommation passe aussi par l’écoconduite. Alstom a développé un simulateur pour les conducteurs de tramways. Le premier réseau à l’utiliser sera le tram de Caen en 2019.

Enfin, alors que l’on parle de trains autonomes, Siemens a présenté un tramway autonome qui roule en test sur un trajet de 6 km près de Potsdam près de Berlin. Alstom avait testé l’autonomie de son tramway pour rentrer et sortir du garage.

Olivier Cognasse, à Berlin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle