Innogy passe 480 millions d'euros de charge de dépréciation sur Npower

FRANCFORT (Reuters) - Innogy a annoncé lundi avoir passé une provision de 480 millions d'euros pour dépréciation d'écart d'acquisition sur Npower, sa filiale de distribution au Royaume-Uni, que le producteur d'électricité allemand veut fusionner avec la filiale distribution de son concurrent britannique SSE.
Partager
Innogy passe 480 millions d'euros de charge de dépréciation sur Npower
Innogy a annoncé lundi avoir passé une provision de 480 millions d'euros pour dépréciation d'écart d'acquisition sur Npower, sa filiale de distribution au Royaume-Uni. /Photo d'archives/REUTERS/Thilo Schmuelgen

"Cette provision reflète la détérioration des hypothèses commerciales et un environnement réglementaire plus sévère", a indiqué la filiale cotée de RWE dans un communiqué. "L'environnement concurrentiel dans la distribution au Royaume-Uni reste très rude et la pression sur les marges très forte."

Innogy et SSE ont annoncé la semaine dernière la fusion de leurs activités de distribution d'électricité aux particuliers en Grande-Bretagne, créant un nouvel ensemble qui comptera environ 11,5 millions de clients.

Innogy a annoncé un résultat d'exploitation (Ebit) ajusté sur neuf mois en hausse de 8,7% à 2,00 milliards d'euros, conforme aux prévisions des analystes interrogés par Reuters qui tablaient en moyenne sur un chiffre de 1,99 milliard.

Le bénéfice net du premier producteur d'électricité allemand par la capitalisation a augmenté de 26,7% à 850 millions d'euros alors que les analystes attendaient 873 millions, avec une dette de 16,0 milliards fin septembre contre 17,1 milliards fin juin.

Innogy a confirmé ses prévisions de 2017, soit un Ebit ajusté de 2,9 milliards d'euros et un bénéfice net de plus de 1,2 milliard.

Npower, qui souffre de la concurrence et de problèmes de facturation depuis des années, a accusé une perte d'exploitation sur neuf mois de 102 millions d'euros contre 81 millions pour la même période de l'an dernier.

Npower a réussi néanmoins à augmenter le nombre de ses abonnés de 47.000 au troisième trimestre, a précisé Innogy, tout en ajoutant que certains clients exigeaient des contrats plus avantageux pour rester, ce qui devrait exercer de nouvelles pressions sur les marges.

(Christoph Steitz, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS