Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ingenico met le turbo en Russie

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le leader français de solutions de paiement sécurisé lance la production de ses terminaux en Russie. Objectif : devenir le numéro un de ce marché dans deux ans.

Ingenico met le turbo en Russie © D.R. - Ingenico

Ingenico accélère son plan de conquête du marché russe. Après avoir racheté son distributeur local Arcom en mars 2012, il démarre maintenant la production de ses terminaux de paiement sur place. "Nous voulons être plus proches d’un marché en forte croissance. Nous avons l’ambition de doubler, voire tripler notre chiffre d’affaires en Russie dans deux ans, pour devenir ainsi le numéro un local", confie Jacques Behr, vice-président exécutif d’Ingenico.

Aujourd’hui, la Russie représente un marché modeste de l’ordre de 200 000 terminaux de paiement électronique par an. Mais le marché est promis à un fort développement en raison de la prolifération des bornes de paiement dont le parc atteint 600 000 unités. "Ceci crée des habitudes de paiement par carte favorables au développement du marché des terminaux de paiement", analyse Jacques Behr.

Ingénico se situe aujourd’hui loin derrière son concurrent américain VeriFone en Russie. Mais en implantant la production sur place, le leader français des solutions de paiement électronique espère lui ravir la première place dans deux. Pour y parvenir, il applique la même recette que d’autres pays émergents comme la Chine où il est déjà numéro un, ou le Brésil où il est au coude à coude avec VeriFone. Jacques Behr reste cependant discret sur les objectifs chiffrés.

Pas d’investissement industriel direct. Fidèle à son modèle "Light", Ingenico confie la fabrication à son partenaire, le sous-traitant américain Jabil, dans une usine située dans la région de Tver, près de Moscou. L’industriel français disposera d’une capacité de production atteignant 500 000 pièces par an. Les terminaux, qui y seront fabriqués, seront basés sur la plateforme Telium 2, lancée par Ingenico fin 2010. Cette usine servira également à alimenter les marchés des autres pays de l’ex-URSS.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle