Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

INFORMATIQUELE NC À L'ASSAUT DU PCAssocié à Apple, IBM, Sun et Netscape, Oracle définit les standards qui caractérisent les futurs terminaux Internet. Les premières machines arrivent. Une nouvelle industrie sort des limbes.

,

Publié le

Les entreprises citées

INFORMATIQUE

LE NC À L'ASSAUT DU PC

Associé à Apple, IBM, Sun et Netscape, Oracle définit les standards qui caractérisent les futurs terminaux Internet. Les premières machines arrivent. Une nouvelle industrie sort des limbes.



Larry Ellison, le P-DG d'Oracle, grand pourfendeur du "monopole" de Microsoft sur le PC, doit se sentir un peu moins seul. L'inlassable promoteur du terminal Internet - NC, pour Network Computer, est désormais son appellation "officielle" - a réuni autour de lui le P-DG d'Apple et les vice-présidents d'IBM, de Sun et de Netscape pour promouvoir son PC Internet "à 500 dollars". Les cinq constructeurs proposent de concert un ensemble de standards définissant les caractéristiques de base du NC. Le Network Computer Reference Profile, version1, sera achevé en août. Il ne contient rien de révolutionnaire. Les standards retenus sont ceux du marché: HTTP, HTNL, TCP/IP, Java... Mais là n'est pas l'essentiel. Au contraire. Le choix de standards reconnus est plutôt le gage de leur mise en oeuvre effective. En fait, cette base commune donne un début de réalité à ce qui, jusqu'ici, n'apparaissait que comme un voeu pieu. Mieux, cette annonce s'accompagne d'une liste de soixante-dix entreprises qui se disent prêtes à soutenir ce standard. Pour construire des NC (LG Electronics, Akaï, Uniden...), leur fournir des composants (Digital, Motorola, SGS Thomson...), réaliser autour d'eux l'intégration de systèmes (NEC, NTT Data Systems, Hitachi...) ou le distribuer (Softbank, The Good Guys...). Parmi eux, outre SGS, deux représentants de l'Hexagone, France Télécom et Alcatel Business Systems. Bref, le concept prend forme. Les premiers NC s'apprêtent à voir le jour. Sans compter les consoles de jeux (voir page 66), deux entreprises se disent prêtes à mettre leur NC sur le marché dès septembre: Acorn et Idea (voir encadré). Les machines devraient atteindre l'Europe rapidement. Idea vient de signer un accord de distribution avec Alcatel Business Systems Allemagne. Tandis qu'Apple finalise son Pippin, IBM annonce qu'il sortira "une gamme de NC d'ici à la fin de l'année". Le premier marché pourrait bien être celui des entreprises Assiste-t-on à "la naissance d'une nouvelle industrie", comme le claironnait Larry Ellison la semaine dernière à Los Angeles ? Malgré le scepticisme entretenu par Microsoft et les fabricants de PC, qui ont tout à perdre dans l'affaire, la question peut sérieusement se poser. D'autant que, devenus réalistes, les tenants du NC ne le présentent plus comme un "PC killer". "De même que le PC n'a pas tué le mainframe, le NC ne supprimera pas le PC. Mais nous pensons que son faible coût et sa facilité d'emploi vont élargir considérablement le marché", affirme Janpieter Scheerder, vice-président de Sun. Ce à quoi Larry Ellison ne peut s'empêcher d'ajouter: "Le PC ne disparaîtra pas, mais il ne sera plus le centre de gravité de l'industrie informatique." Quel marché pour ce NC? Le PC rudimentaire, sans disque dur, pompe son intelligence sur le réseau. Il est doté de quelques fonctions de base, comme le traitement de texte, le tableur ou le courrier électronique. Son faible prix en fait un candidat idéal pour le grand public - c'est déjà le cas pour les consoles Internet de Bandaï ou de Sega. Ses promoteurs visent encore plus loin, puisqu'ils envisagent toute une série de NC grand public, du boîtier décodeur pour la télévision jusqu'au téléphone portable. Le Network Computer Reference Profile est justement là pour assurer l'interopérabilité de tous ces appareils. En attendant, le premier marché pourrait bien être celui des entreprises. Argument massue du Groupe des cinq, la célèbre étude du Gartner Group, qui chiffre le coût d'exploitation d'un PC à plusieurs dizaines de milliers de dollars par an. "Dans un très grand nombre de cas, les fonctions de base du NC suffisent. Il permettra alors de réduire significativement le coût du poste de travail et de simplifier terriblement son exploitation", avancent-ils. S'ajoute à cela "le remplacement de quelque 30 millions de terminaux passifs encore en service", note John Thompson, vice-président de la division Software d'IBM. Il est piquant de voir Microsoft pris à son propre jeu et le PC, devenu "ordinateur universel", menacé par plus simple que lui. Oracle, qui a précisé qu'il ne construira pas d'équipements, espère bien en tirer le profit. Il vient de créer une division vouée au NC qui vendra le logiciel de base apte à le faire fonctionner. De notre envoyé spécial en Californie, Franck BARNU



Des modèles commercialisés en septembre

L'anglais Acorn (dont Olivetti détient 47% et qui possède 43% du fabricant de composants ARM) et l'américain Idea devraient être les premiers à commercialiser leur NC dès septembre prochain. Tous deux sont fondés sur la puce Risc ARM 7500FE. La machine d'ARM possède une caractéristique originale. Une carte à puce, comme dans les radiotéléphones, identifie l'utilisateur et lui permet de se connecter facilement au réseau. L'idée d'Acorn est de permettre à tout utilisateur de se connecter à Internet quelle que soit la machine qu'il utilise et où qu'elle soit. Le NC d'Idea s'adresse préférentiellement aux grandes entreprises. Idea, qui est spécialiste de l'interconnexion de réseau, propose ainsi le support de CNA pour se relier au monde IBM. Acorn dispose également d'un prototype de machine, fondée sur le très puissant processeur Strong ARM (200MHz), qui peut à la fois jouer le rôle de NC et de boîtier-décodeur.

USINE NOUVELLE N°2551

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle